Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Récits de voyages et randonnées diverses avec un mulet:UN VRAI MULET

En passant par la Vendée et les Charentes avec ses sabots !6----"Sacré canal" "Les grands Aulnes" "Grandeur et misère d'un canal"

Chapitre VI.

Résumé du précédent épisode: pas d'abris bus pour Mario, en adoptant la devise du 21°RMI "bien faire et laisser faire". Super, j'ai trouvé une halte bienfaitrice chez Benoit à Villedoux, puis avec Mario nous abordons le canal de Marans.

Sacré canal.

La porte, "l'écluse" de Mouillepied"

Dès son creusement, le canal à Mouillepied était probablement équipé d'une porte à son embouchure, destinée, comme toutes les portes des autres canaux de dessèchement, d'une part à évacuer l'eau des marais desséchés à marée basse; d'autre part, à empêcher le reflux de la marée dans le canal et dans les marais desséchés, à marée haute.

Tout le long de son parcours le canal adoptera plusieurs noms.

Les portes du canal de Mouillepied étaient gérées et entretenues par un portier qui logeait sur place à la « maison de la Folie », ce qui n'est pas rien!

Là, nous descendons Mario et moi pour suivre vers l’aval le canal de Rompsay, vers La Rochelle.

Sur le remblai, 25 m au dessus du canal.

J’ai été surpris par la configuration de cet ouvrage qui par certain aspect s’apparente à celui de Nantes à Brest, ne serait-ce que par ses tranchées creusées à la force des bras et au tirant des mules et chevaux de traction.

 

Le canal de 24 km comprenait également des ponts tournants qui ont été démontés dans les années 70. Le vestige de l'un d'eux est visible sur la première écluse à Marans (rail guidage métallique circulaire scellé).

 

Les grands aulnes.

Empruntant l’ancien chemin de halage après la forte tempête de la veille je fus gêné par plusieurs arbustes tombés en travers.

manier seul cette chaine à couper les Aulnes est vraiment ...oui vraiment!

Sur ce sentier étroit, peu entretenu, impossible pour Mario de franchir ces obstacles, aussi je dû me résoudre à sortir la chaîne tronçonneuse rudimentaire. En solo, le maniement de cet outil, genre pseudo aventurier, est très éprouvant pour les bras et le souffle car l’on s’en sert comme d’un grand et gros fil à couper le beurre, sauf qu’un aulne même dégénéré du diamètre d’un mollet, fut-il de coq, est bien plus consistant que le beurre salé de l’Aunis.

Aulne en travers: la peste!

Au troisième arbre, épuisé par l’effort, je dû capituler et faire retraite pour remonter sur le talus pour rejoindre le Gepetto, une pizzeria à Dompierre-sur-Mer pour m’offrir un moment de réconfort en étant avec Mario une attraction imprévue pour les touristes attablés, d'autant que le zèbre en tirant sur sa longe pour saisir un brin de pissenlit a fait choir la palissade où il était attaché. Spectacle assuré!

Assoupi sur ma chaise, j'ai failli m'endormir bercé par le ronronnement des discussions des gens attablés, mais fus sorti de ma torpeur par les picotements intensifs qui se manifestaient aux entournures du menton. D'habitude, c'est au moment de fin de sieste que se manifestent ces chatouillements discrets mais insistants qui m'indiquent  que ma barbe s'éveille en poussant le derme, comme pour me dire: "alors Jean, ça te gratte? Et bien, il est peut-être temps de lever le camps avant que je ne pousse davantage!"

C'est ainsi qu'avec ce petit rappel de pilosité montante  j'ai pu rejoindre par un autre accès mon canal du jour.

Grandeur et misère d’un canal.

La prévision du trafic sur le canal, basée à 50 000 tonnes de marchandises transportées annuellement, ne fut jamais atteinte. Ainsi en 1887, 5 700 tonnes furent transportées par des gabares, mais les années qui suivirent le trafic s'établit à environ 3 000 tonnes annuelles. Le trajet s'effectuait sur une durée de 8 heures.

En surplomb du canal, entre 2 merlons.

À la suite de la mise en place de la liaison ferroviaire de La Rochelle à Nantes en 1877, installée parallèlement sur le remblai constitué des terres extraites du canal, l'exploitation de ce dernier va cesser peu à peu après 1950.

Pendant la seconde guerre mondiale, le canal a servi de fossé anti-chars. Des restes d'implantations bétonnées sont visibles sur le chemin haut entre Dompierre-sur-Mer et le canal.

Dans les années 70, les ponts mobiles tournants ont été remplacés par des ponts fixes de faibles hauteurs, sectionnant le canal et limitant ainsi la navigation aux petites embarcations (canoës).

Il a été concédé au département de la Charente-Maritime le 14 février 1978.

Ce weekend du 18 et 19 mars nous sommes avec Mario à la fête des plantes au château de Cheverny. Pas le temps de somnoler. il me faut avec Marie et  les amis Jean François et Alain être vigilant afin que tout se passe au mieux d'autant que les quelques 10.000 visiteurs  veulent quasiment tous caresser le museau de Mario. A croire que cette caresse leur donne un bienfait, un bonheur pointé à l'heure de notre modernité du numérique si distanciel!

Jean, depuis Thésée en Loir-et-Cher, pour une rédaction en mars 2023. Prochain chapitre la semaine prochaine: "La Rochelle" "entre Bobos, locaux et touristes" "où céti qui va?".

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article