Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Récits de voyages et randonnées diverses avec un mulet:UN VRAI MULET

Présence du mulet aux armées. Saison 2

Deuxieme partie

1830 -1930 : les campagnes coloniales

Lors de la conquête de l’Algérie (1830-1850) les difficultés rencontrées dans la pénétration des reliefs et les contraintes climatiques associées à la nécessité de recourir aux ressources locales, a conduit le commandement à utiliser les mulets comme « échelon de transport », ces animaux de bât étant alors menés et entretenus par des supplétifs autochtones qui nommaient nos mulets ; « les brèles », avec son cortège d’emploi péjoratif ou narquois!

La possibilité d’alléger le fantassin avec un train auxiliaire rustique, le plus souvent d’origine locale, constitue une expérience déterminante qui va être reprise dans toutes les expéditions coloniales de la France.

En effet la stratégie générale de ces entreprises était fondée, pour l’essentiel, sur la pénétration des territoires par des colonnes mobiles. Ainsi la légende veut que  "le mulet ait conquis Madagascar" (avec 2800 mulets !). Ils seront aussi largement mis à contribution pour l’occupation de l’Indochine ou pour la pacification du Maroc et de la Tunisie.

Après une période de mise au point lors de la campagne du Mexique, 1862/1867. (La légion étrangère à Camerone !) contribution des compagnies muletières à la pacification des confins algéro-marocains puis aux opérations conduites au Maroc jusque dans les années 1930.

Les mulets devenus familiers aux bataillons de chasseurs à pied lors de leurs campagnes en Afrique du Nord vont immédiatement accompagner les Bataillons Alpins de Chasseurs à pied. Dans cette nouvelle organisation des troupes de montagne chaque compagnie est dotée d’un échelon de 7 mulets et la batterie d’accompagnement transporte ses 6 pièces de 65 avec 18 mulets.

En 1828 est officiellement adopté l’obusier de 12, dit système "Valée"  démontable en 2 fardeaux de 100 kg, bouche à feux, affût et roues.

Ces obusiers utilisés par les unités de débarquement outre-mer participent à la prise d’Alger puis sont ensuite régulièrement utilisés par les colonnes de Bugeaud : le général à la casquette légendaire préconisait au moins 80 mulets ou mules pour 1000 hommes.

Au début du XX° siècle l’artillerie de montagne est dotée du nouveau canon de 65mm « de montagne » plus performant mais plus lourd, à quatre fardeaux (la pièce, le frein, la flèche, et les roues) portés par quatre mulets.

En 1925, adoption du 75 de montagne "Schneider" d’un poids de 650 kg doit être réparti sur 7 mulets.( poids auquel on doit  rajouter le poids du bât, du harnachement et des "musettes"...)

1943-1944 : campagne d’Italie

Ainsi les trois grandes phases de la mise en place du Corps Expéditionnaire Français en Italie se caractérisent par une participation de plus en plus importante des éléments muletiers au fur et à mesure qu’augmentent les difficultés rencontrées par les alliés dans les Abruzzes.

un train de mulets

En mai 44, la bataille de Monte Cassino est l’un des combats les plus sanglants de la seconde guerre mondiale: sous le commandement du général Juin, les goumiers marocains et leurs mulets ont joué un rôle essentiel dans la reddition de l’armée allemande.

En août 1944, alors que les armées alliées progressent en Italie et dans l’Ouest de la France, les Américains, Britanniques et Français organisent le débarquement de Provence. Dans la nuit du 14 au 15 août, 94 000 hommes sont débarqués entre Toulon et Cannes pour ouvrir un deuxième front sur le territoire français. Ils sont accompagnés de 6000 mulets.

Le Cacolet :

Aux missions traditionnelles du mulet s’est adjointe celle du transport des blessés.

En effet l’importance et la rudesse de la bataille engagée en pleine montagne provoquèrent un afflux de blessés là où les ambulances ne pouvaient aller.

Cet équipement dont s’était doté le service de santé aux armées dès la première guerre mondiale consiste en la fixation au bât standard soit de deux civières pliantes soit de deux sièges à structure métallique baptisés cacolets placés de part et d’autre du dos de l’animal.

Dans le premier cas les blessés sont transportés couchés dans le second assis.

 

Ainsi se termine la deuxième partie de cet article que vous pouvez lire couché ou assis, assis ou couché: à votre guise!

Jean en 23 .

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article