Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JP

 

 

 

voilà, en fait! voilà,et hop, du coup,voilà.

 

LE LONG DU CANAL DE NANTES A BREST : propos

  L1030098

 

 

Cela faisait belle lurette que je me promettais d’emmener mon bon vieux mulet sur un chemin de halage. Après des aventures mouvementées dans le Cantal, nous aspirions tous les deux à des chemins plats et moins accidentés. Nous avons été servis bien au-delà  de nos espérances : au pas de la mule, les 360 km paraissent d’une forte langueur monotone et j’ai bien pris le temps d’improviser des couplets en alexandrin tandis que Mario me rythmait le tempo.

 

Logistique : Lorsqu’on va d’un point à un autre, il faut bien un jour revenir à  son point de départ. Ainsi, depuis Thésée nous sommes partis tous les deux jusqu’à Nantes où j’ai laissé mon barda et Mario qui m’a attendu chez Isabelle pendant que j’emmenais le van vide à Châteaulin. Là, Françoise m’a conduit en automobile jusqu’à Nantes. A la fin du voyage, retour à la maison avec le mulet dans le van. Ces  tracasseries sont très allégées quand on randonne en cercle ou en étoile !

  rando CANAL de nantes à BREST 007L1030190

                Laura donne le granulé                                                                   allons y!

 

Les étapes :

Blain et son centre hospitalier spécialisé.

Guenrouët et sa base de loisirs.

Saint Vincent d’Oust et son gite d’étape en toile.

Saint Laurent sur Oust et son super gite.

Josselin et son beau château.

Rohan  et son port.

Pontivy et la vieille ville.

Caurel et le lac de Guerlédan. rando CANAL de nantes à BREST 313

Plélauff, halte banale.

Glomel et sa fameuse tranchée.

Port de carhaix et ses vieilles charrues.

Chateauneuf du Faou et son grand pardon.

Port Coblant et  l’enclos paroissial dePleyben                                                                                          

Chateaulin et le manoir des Jouan. (Dignes ancêtres de grande lignée)

  rando CANAL de nantes à BREST 058rando CANAL de nantes à BREST 020

 Le chemin de halage :

Il suit le canal qui est  une grande diagonale bretonne s’étirant sur plus de 300 km et pourvu de 236 écluses. La Bretagne intérieure dévoile ici ses charmes romantiques. Les eaux sont calmes et le canal se confond parfois avec les rivières de l’Erdre,  de la Vilaine, de l’Oust, de l’Aulne et du Blavet.

Pour faciliter les promenades et les trajets en vélo, le chemin est quasiment goudronné d’un bout à l’autre constituant une belle piste cyclable  souvent difficile d’accès pour un équidé. Le sol est dur, glissant, très usant pour les fers et surtout fatigant pour nos tendons, nos os et nos pieds. Au maximum, nous marcherons sur le coté  de la piste.

rando CANAL de nantes à BREST 031Ce chemin est souvent barré par des chicanes qu’il est malaisé de franchir avec le mulet bâté tant elles sont étroites et mal pensées. Beaucoup restent ouvertes dans le département du Finistère, mais en Loire Atlantique leur ouverture est condamnée par une clé en triangle/pompier. J’ai maintes fois pesté contre ces barrières anti-quads et nombreux sont les vélos avec remorques qui ont éprouvé des difficultés à chaque passage. Le plus simple aurait été de posséder une clé pompier (la mienne était restée dans le vide poche du fourgon).Pour pallier à cette lacune je demandais à une jeune éclusière saisonnière des environs de Redon comment je pouvais me procurer une telle clé. C’est ainsi qu’elle téléphona devant moi à un éclusier sédentaire qui me demanda de téléphoner le lendemain matin à un responsable. Ce que je fis bien évidemment, mais celui-ci m’indiqua qu’il devait en référer à sa hiérarchie .Le surlendemain  la sur-hiérarchie me fit connaître l’impossibilité de louer, d’acheter ou d’emprunter parce que il en était ainsi et que les barrières n’avaient pas été installées pour être ouvertes. Rassuré par ces propos pertinents je poursuivis mon chemin de halage en habituant le mulet à tortiller de la croupe à chaque passage de chicane, mais en accrochant malheureusement les caisses de bât sur les poteaux des portes.

J’étais heureux de constater que mon mulet s’adaptait bien plus rapidement aux différentes situations que les fonctionnaires de l’administration de canal. Mais il est vrai qu’un mulet n’est pas un âne buté (je veux dire bâté).

Je fus souvent surpris par l’incapacité des gens à m’indiquer la distance entre deux lieux .Très fréquemment, ils assimilent les kilomètres avec le temps nécessaire pour les parcourir en voiture. C’est ainsi qu’à Blain, je demandais à un quidam combien de kilomètres me séparaient de Guenrouet : « mais Monsieur, c’est de la rigolade, à peine 6 km ! »me dit-il. En fait, 23 km me séparaient de mon étape en empruntant  le chemin le long du canal qui n’en finit pas de tourbillonner. Avec ce chemin bordant le canal, on ne voit pas la fin .Il manque des repères comme des villages, des hameaux, des vallons ou des signes distinctifs de civilisation. Par contre nous rencontrons des petits promeneurs, des cyclistes, des petits joggueurs, et sur l’eau  des bateaux de plaisance qui s’en vont jusqu’à Redon.

  L1030100rando CANAL de nantes à BREST 014

C’est le matin que nous rencontrons le plus de gens. En effet, les vacanciers en vélo préfèrent rouler de bonne heure et laisser du temps libre l’après midi pour s’installer au camping ou au gîte et ensuite s’en aller visiter les curiosités environnantes qui ne manquent pas.

Entre Pontivy et Mur de Bretagne existe une petite chapelle située un peu à l’écart du canal sur une hauteur: rando CANAL de nantes à BREST 238Notre Dame des Carmes qui a conservé des boiseries peintes d’une grande beauté. Ce lieu solitaire inspire le recueillement et le soudain rayon de soleil contribue à l’émerveillement.

Un peu avant Rohan, nous ne voulions pas non plus manquer la visite de l’abbaye de Timadeuc qui reste un haut lieu de rencontre et de retraite. rando CANAL de nantes à BREST 121

Quelle chance de pouvoir flâner dans Redon et visiter le musée de la batellerie, de se promener dans les rues médiévales de Malestroit d’admirer les gargouilles et les sculptures romanes de son église Saint- Gilles, de contempler le château de Josselin avec ses immenses tours rondes dominant la vallée de l’Oust, d’imaginer la grandeur de l’ancien château féodal de Redon, d’aimer marcher dans les ruelles sinueuses de la vieille ville de Pontivy, d’être époustouflé par le lac de Guerlédan et par son barrage hydroélectrique, de découvrir les nombreuses échelles d’écluses ou la grande tranchée de Glomel construite au 19° siècle par les forçats du bagne de Brest, d’aller s’imprégner de cette culture bretonne en parcourant l’enclos paroissial de Pleyben , de respirer l’air de mes ancêtre à Chateaulin en regardant les restes du petit manoir des Jouan.

Tant de belles choses à découvrir encore, qu’il nous faudrait suivre le Blavet jusqu’à Lorient  pour assister entre autre, au fameux festival celtique.

Plus on marche vers le nord ouest et moins le canal est navigable : les algues envahissantes ont colonisé le plan d’eau et les écluses ne sont plus en état de fonctionner.

  rando CANAL de nantes à BREST 034

                                                                    nénuphars

 

 C’est  près de Caurel que j’ai rencontré un papa, une maman et deux petites filles âgées de 8 et 10 ans, dont la plus jeune m’a demandé si Mario bandait souvent ! Imaginez mon embarras, d’autant que le papa Béa d’admiration pour sa progéniture me laissa me débrouiller seul pour répondre.  J’ai expliqué «  c’est sa façon de se détendre », puis je me suis esquivé pour aller préparer la clôture du mulet avant que la petite me demande d’autres précisions.

Le long du canal il est facile de ne penser à rien, ou plutôt de penser à des pensées tellement éphémères qu’on les oublie au fur et à mesure de nos pas .Je me souviens pourtant avoir essayé de répertorier les tics de langage fréquemment employés à notre époque par beaucoup de gens .Gens de télé ou gens regardant la télé :bref, nous tous ou à peu près. « En fait, voilà au jour d’aujourd’hui, du coup, voilà, on va dire, voilà, et hop ! » et cela revient en boucle pour affirmer une culture en live de bon et triste ton.

 

Un soir, nous avons couché dans un gite dont le  soi-disant parc animalier était composé d’un cheptel de 3 poules, 4 lapins communs, 1 coq, 1 lapin blanc et de 2 cochons d’inde...Il y a vraiment des gens qui ne doutent de rien pour appâter le client / pigeon !

 

Un autre jour, je fus surpris  de voir une petite maison carrée bien isolée d’une maison éclusière. J’en fis le tour et constatais que c’était un ancien four à pain, bien construit et encore en bon état apparent. Cette belle construction avait du échapper au vandalisme grâce à une végétation de camouflage, et les briques plates ainsi que les belles pierres entourant le four étaient encore intactes. Chose curieuse ; l’édifice était surélevé sur un lit de grosses pierres dures : j’imagine que cela devait le protéger des éventuelles montées d’eau du canal !

  rando CANAL de nantes à BREST 272

                                                                     une maison éclusière                                                                    

Tout le long du canal, s’égrènent des maisons éclusières (il y en a au moins 236) dont la plupart, après Redon, sont en ruines ou bien retapées par des Anglais ou des Hollandais. Ces maisons de vacances sont bien coquettes, très confortables et joliment fleuries. En passant devant leurs fenêtres, j’aperçois, derrière les rideaux, des visages surpris et curieux de voir passer un mulet dans ces contrées et à notre époque, sans que celui-ci ne tire une gabarre ou une autre péniche.

 

Que vous dire de la bataille entre les cordons de mes lunettes et celui de mon chapeau. Elles s’entremêlent constamment et je ne sais plus comment faire pour éviter l’agacement de  l’embrouille. D’autant que durant cette balade le très mauvais temps changeant fréquemment au gré des grains et des accalmies, m’obligeait à sortir les lunettes ou à rentrer le chapeau à tout instant. C’est étonnant de constater également combien les fils de mon chargeur de téléphone  se convertissent en nœuds des lors qu’on les range  dans une poche. Cela devient beaucoup plus grave si on met dans la même poche le fils du téléphone et celui du chargeur GPS. Cela devient vite un sac de nœuds !

 

Je perds beaucoup de choses ou plutôt j’oublie souvent ça et là quelques babioles. D’aucuns mettent cela sur le compte de l’âge ; c’est en partie possible.

Un bol en plastic très léger et incassable oublié au gîte de Caurel.

Une cuvette verte et souple utilisée pour faire boire le mulet : perdue un beau matin .Retrouvée le soir même enfouie sous la bâche !

Un chandail oublié sur le dos de Mario à l’occasion d’un rayon de soleil.pas perdu pour tout le monde !

Un savon oublié dans la douche du camping de Chateauneuf du Faou.

La courroie gauche du maintient du sac de grains perdue vraisemblablement dans le passage de la chicane de l’écluse de Limur après st Vincent sur Oust (allez).

La brosse de chiendent, oubliée un matin de pluie sur une branche fourchue du coté de Rohan.

La carte IGN oubliée elle aussi sur le bât de Mario...Alors que nous faisions le point, un soudain gros grain m’obligea à nous presser pour chercher un endroit abrité…et la carte est restée là- haut …Sans me soucier de quoi que ce soit, je marchais d’un bon pas vers le barrage de Guerlédan, lorsqu’un homme à vélo en me dépassant se mit à me photographier. Je lui dis « vous voulez peut-être ma photo ? » et lui de me répondre « non merci, mais c’est chouette ce que vous faites, j’ai toujours voulu faire le tour de France avec un cheval »Bizarre ce mec qui m’interpelle de cette façon ! Quelques kilomètres plus tard je cherchais cette carte dans ma poche de cuisse : elle n’était point là, bien entendu .Me souvenant de ma précédente halte sous la pluie, je rebroussais chemin à vive allure, mais à l’endroit en question je constatais que la carte n’étais pas là. Bredouille !indispensable carte qu’il faudra pourtant bien rapidement remplacer.

Durant la nuit j’eus la conviction, que le type qui m’avait volé ma trombine était celui qui avait récupéré ma carte, car étant la seule personne m’ayant doublé entre le moment de la perte de celle ci et celui ou je m’en étais rendu compte.

Le lendemain, vers 13 heures je casse-croutais sous l’ombrage d’un saule sur la rive opposée à la piste lorsque je vis arriver le cycliste paparazzi suivi par sa compagne. « Hep ! Hep, ma carte ! Rendez-moi ma carte. ».Aussitôt, il traversa le petit pont et  vint vers moi pour me donner la carte en me disant qu’il se doutait bien qu’elle m’appartenait. Bizarre ce mec !

Un soir, j’ai oublié de rentrer le linge qui séchait sur un fil : le matin je l’ai retrouvé bien mouillé.

J’ai également retrouvé à port de Carhaix le jeune asiatique sympa, mais mutique, rencontré au camping de Pontivy. On s’est fait des gestes pour se saluer.

 rando CANAL de nantes à BREST 092 rando CANAL de nantes à BREST 116

  maison à Malestroit                                                                           chateau de Josselin

 

Rencontres

.

Jacqueline et Michel deux Franc comtois sympas rencontrés à Guenrouët n’avaient d’yeux que pour Mario ; c’est vrai que la gente mulassière ne leur était pas inconnue et que je fus complimenté sur l’ordonnancement du bât suisse.

L’autre soir, j’eus bien du mal à expliquer à un campeur très intéressé par mon équipage ce qu’était un mulet .Satisfait par mon explication, il rejoint sa tente, puis revient un moment plus tard pour me dire avec un air de confidence. « Donc, c’est un poney qui est croisé avec…redites moi ça…avec un poney. Donc, c’est un poney ».

Il y a des jours, où il ne faut pas contrarier les campeurs ! « Bien sur, c’est une sorte de poney »dis-je.

A saint Vincent sur Oust, en attendant que la pluie s’arrête, je bavardais avec un grand père qui venait chercher sa petite fille au poney –club, et lui disais que je voyageais avec un mulet .Un mulet bien costaud .Le monsieur, certainement un peu sourd, me confirma qu’aujourd’hui on faisait des duvets costauds et résistants !

L’autre matin, j’ai rencontré Christian, un homme qui vélote par tous les temps sur le chemin de halage pour « marquer le canal ».Il aime bien parler le Christian. Pour ne pas perdre de temps il a continué à me  parler en pédalant à coté du mulet. Il m’a même donné le nom d’un bon resto pour le midi : à Saint Martin.

A la sortie du resto, nous rencontrons Marie et Pierre Marie, deux beaux jeunes gens. La joie de vivre se lit sur leurs visages. Ils voyagent tous deux en Europe avec leur fourgon baptisé « coco del pisto » en mémoire de leur dernier séjour en Espagne. Avant que nous franchissions  la chicane, Marie fait de nombreux bisous à Mario qui bien sûr se laisse faire.

A saint Julien- sur- Oust, je blague gentiment avec deux sœurs très âgées qui vivent  impasse des fées !

Un peu plus loin, nous sommes arrêtés par un groupe d’hommes en prière assis sur le chemin : c’est la communauté  de Saint Martin à Candé-sur- Beuvron qui vient faire ici sa retraite. Nous attendons en silence la fin de la séance : pourvu que Mario ne fasse pas de bruit par derrière !

Plus loin encore, près du Roc Saint André, nous rencontrons Alain et Fanny venant de la région toulousaine  .Ils voyagent avec leur deux enfants Urcize et Romane sur de drôles de vélos à deux places de fabrication allemande : l’enfant se trouve à l’avant à demi couché et pédale également pour aider le père ou la mère. C’est curieux, inédit, mais parait efficace.

Nous échangeons nos adresses pour de futures randonnées. rando CANAL de nantes à BREST 277 rando CANAL de nantes à BREST 152

           gîte de st Peran à Glomel                                                                                              Chateau des Rohan à Pontivy

 

A Rohan, la prairie promise par le camping municipal  est inexistante et je dois me mettre en quête d’un herbage  digne de ce nom. A quelques centaines de mètres, je trouve dans un recoin de rue un pré pentu, paraissant abandonné tellement l’herbe est abondante et haute. Je sonne dans la maison voisine, mais seul un petit chien roquet aboie  de plus en plus fort. Une dame sort de la maison pour me dire qu’il n’y a personne ! J’insiste pour dire que je viens seulement pour savoir qui est le propriétaire du terrain en friche. « Ce sont des anglais qui ne viennent pas souvent » me crie-t-elle par dessus les aboiements du toutou  .C’est ainsi que Mario a dormi chez les anglais  en Bretagne !

Un soir, après les préparatifs habituels et ne souhaitant pas faire ma popote, je ravisais une pizzéria située en bordure du canal. Un bon augure pour un muletier fatigué et pressé d’aller dormir. Patatras ! L’auberge est bondée de touristes endimanchés, mais le site est agréable et il fait beau, de plus j’ai besoin de recharger mon téléphone portable. Je décide donc de rester en commandant une bière. La patronne, une fausse blonde mal décolorée fait office de serveuse et court sans arrêt.Elle est très speed et donne l’impression d’aller vite et de servir rapidement. En fait, elle n’est pas à la hauteur de son job et les temps d’attente sont longs : mais peu importe si les clients sont mécontents ; ils sont tous de passage !et la patronne n’attend pas la fidélisation : elle est là pour faire du chiffre à court terme.

Mis à part ça, il fait doux et clair ce soir et le canal est paisible : on se croirait en vacances !

Au passage, je remercie les différentes personnes qui m’ont permis de recharger mes divers appareils : photos, GPS, Téléphone. Un soir c’est un grand père, un autre soir c’est une jeune maman noire qui me demande d’attendre la fin d’un feuilleton ou les acteurs sont en majorité black sur France O, d’autres soirs encore des campeurs ou bien encore les prises de courant des toilettes communes. (Avec toutefois un œil en alerte).

La restauration  populaire Française est quelquefois  mis à mal par des amateurs de pacotilles qui sévissent dans les lieux touristiques : nous en connaissons tous et je me dis que la patronne de la guinguette de Chateauneuf du Faou pourra faire partie elle aussi du club.

Passant devant cette guinguette vers 16 heures, j’indiquais à une dame en tablier maculé de diverses tâches que je viendrai manger le soir .Le soir venu, elle m’indiqua qu’elle ne souhaitait pas me servir parce que j’étais seul, qu’elle n’attendait pas d’autres clients et qu’elle ne voulait pas ouvrir ses fourneaux rien que pour moi.

 

 

  rando CANAL de nantes à BREST 191rando CANAL de nantes à BREST 028

Tant mieux pour moi et tant pis pour elle : je fis bombance avec une bonne salade méridionale arrosée par une fillette de Pont Saint Martin célèbre cru de Pessac Léognan.

       rando CANAL de nantes à BREST 306 rando CANAL de nantes à BREST 297                                                                                                                                                                                                                                          

                                                                                                                   solitude d'un mulet le soir

Envoi

Ce périple a été relativement facile, mais sans passion. Plat, mais goudronneux. Sans rencontres extraordinaires. Des gens qui prennent Mario pour un âne, d’autres pour un cheval très rarement pour un mulet.

 Monotone, mais les villes traversées valent le détour comme « on disait jadis » dans les guides verts :Redon,Josselin,Pontivy,Pleyben,Malestroit,Rohan,Chateaulin…

Le temps de ce voyage fut très occupé par de trop nombreux épisodes pluvieux comme « on dit aujourd’hui » à la météo de Christine Laborde qui plie le genou à chaque phrase de mauvais temps : une semaine sous la pluie...une pluie de génuflexions !

 

En conclusion mon cœur est malgré tout bien content  d’avoir voyagé dans ce coin là.

 

 

                                                                                       

rando CANAL de nantes à BREST 021rando CANAL de nantes à BREST 350                                                                         un épisode nuageux!

 

   

                                                                                                                                              Jean Poitevin- octobre 2012.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article