Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par BP

Vendredi 11 mai

 

 

       Partons vers 9h30. Ce matin, nous sommes, Jean comme moi, particulièrement lents, seule Yolande a trouvé rapidement  son efficacité de croisière. Pour nous, tout est lourd, et peinons à porter et à nous déplacer… !!!Mais devons peser, équilibrer le bât, bâter, fermer la maison…..

La journée s’annonce très belle et quittons Rancillac par le bois  de Pinatelle, où  le très bon chemin du départ se termine en taillis….. Mais retrouvons le bon itinéraire peu avant la Boissonnière . Très belle vue sur le Plomb du Cantal enneigé, environnement boisé avec quelques lacs comme Le Sauvage, et ensuite traversée de grandes pâtures  où cohabitent jonquilles et fleurs de pissenlits, gentianes naissantes et l’anémone pulsatille ; ouvertures et fermetures fréquentes  de barrières dans les  pâtures traversées,  barrières souvent bricolées…

Peu avant notre pose casse croute, rencontre d’un couple de cavaliers qui préparent un itinéraire de rando pour l’été. Après être passés au dessus de Dienne, plongeons dans la vallée de la Santoire pour atteindre le village de Lavigerie .Bonne mise en jambe de 23 km, et nous sommes accueillis par Monique, Odette et Roger qui vivent leur retraite dans ce magnifique cirque du Puy Mary, un coup de foudre du temps où ils séjournaient sur Paris !!!!

Très bonne soirée autour d’une raclette de cantal et saint nectaire, et très bonne nuit.

 

 

 

 les cavaliers

 DSC01738  DSC01727                             Anémones pulsatilles

                                                                                          

 

 

  DSC01745

 

                                                                   Vue sur Dienne

                                                            

  Samedi 12 mai

 

       BEN  nous fait 36, on pense à  lui… !!!

       L’orage gronde et le ciel menace grave. Avons tous très bien dormi, Jean au premier et Yo et moi, dans une petite chambre aménagée au second, avec vue sur « la brèche de Roland » (sans doute la vraie.. !!!!)

Vers 7 h, c’est le déluge. Cela nous conduit à prendre notre temps, d’autant plus qu’aujourd’hui l’étape vers Le Claux est relativement courte. Couvrons le bât avec la grosse bâche, temps trop incertain et Roger nous aide à la manœuvre.

10H30, départ (horaire vraiment inhabituel), direction le col de Serre, par la route, mais très peu de circulation car l’accès au Pas de Peyrol est fermé, route coupée par les dernières chutes de neige. Les nuages sont toujours très accrochés aux reliefs.

Le col de Serre atteint, Yolande nous propose un café avec chocolat, son thermo ne la quittant jamais. Rencontre avec Mike, un anglais solitaire, venu de Bellac ; a dormi sur place et finit aujourd’hui le tour du cirque du Puy Mary par les crêtes.

Descente vers Le Claux par un très beau sentier dans la forêt.

Noel , l’homme au quad que nous croisons, nous donne des précisions sur le gite des Enchaniers que nous cherchons ; parlons également  de ses vaches et des chevaux que les anciens utilisaient ,  alors que les jeunes ne savent même pas monter de nos jours , d’où l’utilisation du quad. Jean évoque ses ennuis avec Mario…… » Tu aurais dû être froid…. !!! » dit Noël compatissant.

Le gîte est dans le jus des années 70, un peu spartiate, la commune ayant le projet d’une restauration prochaine. Le partageons avec un groupe d’ados venus du Puy pour un stage de parapente. Pour Mario, devons refaire la clôture le long du ruisseau.

Soirée resto, très bonne truffade.  

 

 

  DSC01750

  Autour du cantou

 

 

 

  DSC01763Vers le col de Serre

 

 

 

 

 

 

  "DSC01767

                                                                                                               "tu aurais dû être froid!"

 

Dimanche 13 mai

 

Grande décision ce matin, à notre réveil : nous modifions notre tour initialement prévu : nous n’irons ni au Falgoux, ni au Faux : il est, en effet, plus sage de revoir notre programme à la baisse et de ne pas s’engager sur un circuit où il serait difficile  ou trop long de revenir, si  problème .Jean se ressent toujours de son accident de départ, même si…. « Ça va se résorber !!! …. » Mais, nous ne resterons pas inactifs et mettrons à profit ces journées pour randonner aux  alentours  du Claux.

Aussi, dès 9 h, départ sur le GR400, vers les crêtes de Ricou la Mouche, Mario étant bâté léger .Montons au travers des estives, avec passage en foret pour arriver sur un plateau où quelques fermes isolées exploitent encore champs et pâturages ; Brin de causette avec Mélanie, septuagénaire vivant seule et présentant  quelque troubles de mémoire…..

De nombreuses pistes de ski de fond sillonnent le bois de Bragouse. Le GR 400 les emprunte et nous atteignons le haut de la crête, à 1509 m : très beau point de vue sur Le Falgoux, mais la  bise froide et coupante  qui balaie la montagne ne nous permet pas de rester bien longtemps pour admirer ce splendide paysage.

Retour au Claux par l’étang de Lescaut : un cheval broute dans l’eau, et, le Puy Mary, enneigé, veille sur la vallée.

Dinons ce soir,  tous les trois,  dans le gîte désert.

 

                                                                                                             Brin de causette avec Mélanie,avec à l'horizon les crêtes de Ricou la Mouche!!!    

  DSC01791

 

                                                    cheval broutant dans l'eau                                                                                               DSC01818

 

   Lundi 14 mai  2012

                                    Et,  pour Mario, «  le premier jour du reste de sa vie …… »

 

Cette journée sera, pour beaucoup, sans encombre. Pour certains, reprise du travail «  comme un lundi », et pour nous un bâtage, dès 9 h, sans problème. Et déjà un premier arrêt, à peine le gîte quitté,  pour discuter avec Fernand, fermier à la retraite ; C’est Damien, son fils qui reprend la ferme et les bêtes. Parlons mulet bien entendu, mais aussi des chevaux, car nous nous sommes étonnés d’avoir vu, la veille, une pouliche morte en bordure de champ :

 «  Il y a bien, par chez nous, des paysans polissons qui malmènent leurs bêtes.. » nous dit il.

 

La petite route s’élève très vite au dessus du village et devient une  belle piste  forestière qui nous conduira au point 1538, une aire  de départ de saut en parapente .L’endroit n’a pas été choisi par hasard : il permet en effet,  en fonction des conditions, de sauter soit vers la vallée du Claux, soit vers la vallée de Dienne.

 

 

 

            

 

 

                         DSC01852                                                                                                    Yolande explique la neige à Mario

  DSC01826

Avec Fernand                                                                                                                                                                                             

 

                 

 

 

  DSC01833

                                                                     Depart de parapente

 

 

 

 

  DSC01857

                                        Un ptit air de Mongolie

 

   Nous cheminons maintenant sur un vaste plateau , ambiance de Mongolie ,  avec herbe rase et dure ,névés alimentant de petits rus  serpentant entre vallons et burons en ruine…Passons à la borne 1620 délimitant le Puy de Niermont , et peu après , alors que nous amorçons la descente sur le GR 4 rejoint , devons emprunter un sentier très étroit et assez pentu avec, en contre bas , un chaos de gros rochers .Jean mène  la marche , Mario , derrière , choisissant , avec prudence son propre chemin……….ET  C’EST LA QUE TOUT BASCULE……..

Une pierre , minée sans doute par la pluie et la neige,  se dérobe sous le poids de Mario et le voila qui tente désespérément de retrouver   ses appuis sur le chemin aves ses deux antérieurs Mais c’est en vain , je le vois, entrainé par son poids et la charge ,  tomber en arrière….Je crie à Jean de lâcher la longe et nous assistons à sa chute , cul par-dessus tête , suivi de deux   roulades sur côté pour s’arrêter 20 m plus bas , sur les rochers , où il s’encastre et s’immobilise. Cela n’a duré que quelques secondes, et dans nos têtes, tout a déjà basculé…… !!!!!!

 

Nous nous précipitons alors afin de le dégager au plus vite des sangles qui l’entravent. Pour l’instant, il ne bouge pas : est il sonné ou……Jean pense au pire et dira même tout haut  « :   il va falloir le piquer. »Trois des pieds sont bloqués par des rochers : nous nous efforçons d’enlever les blocs qui gênent ,  ainsi que la sous ventrière ,  le bât , le reculement , les équerres, les caisses….tout ce qui peut  gêner un  premier examen……Nos gestes sont précis et rapides …..Un grand coup de tête, et voila Jean déséquilibré et qui se cogne violement sur un rocher……Mario se réveille- t- il ou vit-on ses derniers spasmes… ??????Difficile de dire combien de temps il est resté K.O.:entre 5 et 10 minutes,?…

Parlons doucement, afin de le calmer.

Et  c’est incroyable, car le voila qui se relève, tout tremblant, mais incroyablement calme, sa queue battant les flans, et il suit, docile, Jean vers un replat herbeux.

Venons de vivre un sale moment, aux conséquences inimaginables : la Providence est avec nous et Super Mario a vraiment la baraka

Après une petite heure de récupération,  où nous l’examinons sur toutes les coutures, où nous refaisons le film  du drame,   où nous visionnons les photos prises par Yolande  avant  et après la chute, …. Ou nous regardons de près le matériel : bât légèrement  tordu, équerres nickel, caisses légèrement écornées et sans aucune casse, les fillettes de Pont Saint Martin (Pessac Léognan)ayant résisté au choc …..…nous rebâtons pour rentrer au gîte, et, incroyable, tout se passe comme si rien ne s’était produit….Aucune marque d’impatience, de gêne de la part de Mario, et amorçons notre descente le cœur léger malgré une nouvelle galère pour trouver le bon chemin qui va sur Le Claux .

Avons eu beaucoup de chance, c’est rien de le dire : le pas de Mario est régulier, il ne boite pas, ne saigne de nulle part et lors d’un arrêt pipi, constatons avec joie que les urines sont claires.. !!! Une fois le bon chemin retrouvé, nous enfreignons à plusieurs reprises la règle du « pas de nourriture pendant le travail » : et  nous lui offrons donc de jeunes pousses de hêtres ou de belles touffes de pissenlits en fleur….Une bien belle descente !!!!!

Avons bien mérité  notre soirée resto,   et le steak de sallers - truffade est excellent.

 

 

 

  DSC01875

                                         Tout bascule

  DSC01879 DSC01877DSC01882

  DSC01878Mario se relève DSC01880Vers le plat herbeux: on s'écoute!

                     

Mardi 15 mai

 

Avons tous passé une très bonne nuit, et Mario ne semble pas souffrir de sa chute de la veille, en dehors d’un dérèglement intestinal….mettons cela sur le stress et l’herbe grasse et froide. Le gîte est rangé, et, après avoir salué Hélène,  sœur de Damien, animatrice de la Maison de la Montagne, partons pour le buron d’Eylac.

En sortant du Claux, passons devant la ferme de Noël et nouvel arrêt : on reparle d’élevage. Apprendrons trois jours plus tard, en arrivant à Rancillac, que Noël « vivrait avec une jeune africaine qu’il aurait fait venir du pays…! » Cela me rappelle ce film,  avec Michel Blanc  dans le rôle du paysan à la recherche de l’âme sœur.

Montons dans le bois Mary, le temps est toujours frais et la route forestière nous paraît, pour l’instant, facile. ………Après 3 heures de marche, nous déchantons : la piste est complètement défoncée, suite à l’exploitation par l’ONF d’une coupe de hêtres, et il tombe une pluie fine. Cerise sur le gâteau, devons à maintes reprises nous dégager un passage car les bucherons  ont laissé les fûts en travers du chemin, ébranchés  sur place mais non dégagés. Après plusieurs tentatives, Yolande nous convint de revenir sur nos pas et de prendre la route du col  de Serre. Sur une aire de stockage, rencontrons

« Stallone le forestier » en pleine activité avec sa grosse pince à grumes : impressionnant.

Et nous montons, nous montons, dans le vent et le froid pour arriver au buron d’Eylac vers 16 h : supportons nos bonnets et nos gants.

Le buron : petite construction au toit arrondi, destiné à abriter les bergers en estive : le sol est recouvert de grosses dalles de pierre, pas de fenêtre, mais une cheminée en coin de voute. La Maison de la Montagne nous a monté du bois et des bidons d’eau. Les couchages se trouvent dans une autre pièce, accessible par l’extérieur,  avec deux grands bas flans et literie (peu engageante, il vaut mieux dormir dans son duvet.) Pour les commodités, c’est dehors, derrière les rochers.Une fois le feu allumé, nous nous organisons pour cette soirée peu habituelle

La nuit est très froide et le vent soufflera jusqu’à l’aube ; par moment, j’entends le givre piqueter le toit de notre dortoir et Mario doit se les geler…. !!!!. de temps à autre, son grelot tintinnabule….

             

 

 

 

 

  DSC01921DSC01917

                                                             Le chemin encombré

  DSC01932

                                                                      Aire de dédardage

DSC01949

                                                                   Le buron

DSC01946"Dans la salle de lecture"

  Mercredi 16 mai

 

6h : lever. Je réactive le feu dans la cheminée   et prépare le thé.  Mario « fume «  au soleil levant et je casse la glace dans son seau afin de lui donner sa ration de granulés. Malgré cette nuit froide, notre cher mulet ne semble pas affecté par  les conditions climatiques  …..

Descendons du buron jusqu’au col de Serre, accompagnés par une petite troupe de juments franc-comtoises et de leurs poulains.

Sur le chemin, rencontre de 2  sympathiques Alsaciens, hilares et prolixes : Jean Luc et Francis. Parlons circuits , points de vue , ….., Brèche de Rolland , crête de  Ricou  la Mouche, mais Francis , le plus bavard , connaît  surtout  Dodo la Saumure.. !!!!

Arrivée à Lavigerie chez madame Grapin qui nous permet de  casser la  croute  dans son bar. Nous raconte sa vie, pas toujours facile… !!..

Soirée chez les Guillot autour d’une savoureuse  truffade maison, accompagnée de saucisses, fabrication Roger : on finit tout….et Roger nous parle longuement de son engagement dans la marine, de ses voyages effectués pour le compte de «  la Transat «  ou des Chargeurs….Un grand moment de convivialité

 

☺☺☺☻☻☻☻☺☺☺☺☺☺☺

 

Jeudi 17 mai, notre dernier jour.

 

Grand beau, mais toujours frais.☼

Tous nos amis sont au départ : Roger, Monique, Odette et  même Faray   , arrivé la veille au soir de Paris pour le we. Les adieux sont, comme à l’accoutumée, rapides,  mais plein de chaleur.

Nous passerons, comme à l’aller, nos 13 barrières, et c’est en refermant l’une d’entre elles, que je casse le haut du piquet pourri qui vient cogner la tête de Jean : mais rien de grave :

 «  ça va se résorber…… !!!!! »

 

Avant d’arriver à Rancillac, en plein bois de Pinatelle, rencontre de Pierre, natif du Claux, arborant une très belle paire de bretelles fleuries d’edelweiss, paire achetée en Autriche. Nous évoquerons avec lui toutes nos connaissances de son village natal, Noël entre autres ….

 

Et c’est donc la fin de notre  balade, avec notre arrivée chez Mimie et Manu, qui nous accueillent avec  l’amie Denise, la Bretonne. La soirée se passe à raconter nos es  péripéties  et à évoquer nos projets :

 Un  bout du canal du Midi ?????

 Ou, pour Mario,  la perspective de passer ses  deux bacs, …..En  Gironde ?????

 Ou la partie gersoise du Chemin de Saint Jacques ????

ou pour Jean,  cette marche  « utile, » en solitaire ,  avec l’Association  Etoile de Martin ,     prévue en septembre et qui ralliera le Zoo Parc de Beauval à saint Aignan, en Loir et Cher , à l'institut Gustave Roussy/Villejuif dans le val de Marne. Et la toute  prochaine, en juillet,  sur le canal de Nantes à Brest .. Les idées ne manquent vraiment pas.

 

 

  DSC01952DSC01966

  Mario au soleil levant                                                                     Odette et son Boufadou

                                                                                                                   DSC02000

  DSC01989                                        

  Avec Pierre ,natif du claux

                                                                                                                  Une bricole ,chez Manu,avant de repartir 

 

Alors, à très bientôt, pour d’autres aventures

 

AVEC

                    Mario   Jean  Yolande  et Bernard             

  DSC01856

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article