Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par randomulet

un mulet sur la plage
l'ile lumineuse

 

 
Le soleil est au rendez vous pour cette première journée du Tour d’Oléron, « l’île Lumineuse » au profit de l’Etoile de Martin.


Partis de bon matin de La Brée les bains où la plupart de l’équipe a dormi sur place chez Nanou, nous traversons La Brée sans rencontrer grand monde… Nous sommes 10 marcheurs autour de Mario. Bernard a pris le camion ce matin (il s’est blessé au pied et préfère se ménager pour l’instant)
En longeant la côte nous faisons une petite halte chez Sylvette, qui est une des rares privilégiées à avoir sa maison directement sur la dune ; elle glisse au passage un petit billet dans la cagnotte de l’Étoile de Martin.
Il fait vraiment un temps magnifique et de la plage nous avons une vue très nette au loin sur l’île de Ré, le port de La Pallice et la Rochelle.

on se concerte...


Nous sortons de La Brée et avançons vers le Douhet, petit port de plaisance, avec ses écluses et son petit chenal.  Bernard nous attend un peu plus loin pour une pause café à Foulerot à l’entrée de la forêt domaniale des Saumonards.

 

 

Nous poursuivons notre chemin à travers la forêt où Mario fait tinter ses clochettes et détourner la tête des cyclistes ou autres marcheurs ; certains (trop rares) nous posent quelques questions sur notre marche et sur l’association.
Nous arrivons à Boyardville vers midi ; les terrasses du port sont pleines de touristes et nous essayons de remplir un peu la cagnotte, mais c’est un peu compliqué… le touriste retraité du mois de septembre est parfois un peu pingre …
Nous devions pic-niquer sur le port de Boyard mais décidons finalement, vu la chaleur, de trouver un endroit un peu plus ombragé et calme pour cette pause de la mi-journée. Alors nous poursuivons jusqu’au petit village de l’Aiguille, situé après Boyardville ; iI y a dans ce petit village à l’entrée des marais un artiste peintre très connu des Oléronais, Daniel Bergagna ; et son épouse nous autorise à dresser notre picnic à l’ombre de leur jardin. Jacqueline (notre « intendante ») nous y rejoint. Mario profite de cette pause pour se reposer aussi.

le pont Napoléon

 

La pause déjeuner terminée nous repartons sous une chaleur de plomb affronter les marais, via « la route de l’Aiguille » qui relie Boyardville à St-Pierre d’un côté, ou Dolus de l’autre. L’aprés midi s’annonce rude car il n’y a pas du tout d’ombre et le thermomètre affiche des températures plus proche d’un 15 aout que d’un 16 septembre… Il n’y a pas non plus de vent. (les seuls « courant d’airs nous sont parfois offerts par Mario ahahah)


Jean ayant choisit de se reposer en prenant le camion, c’est Anne la Picarde qui mène Mario sur cette petite route qui serpente au milieu des marais ; nous croisons très peu de voitures et encore moins de marcheurs ; mais plutôt des vaches et des chevaux qui regardent d’un œil très intrigué leur « cousin germain » Mario .

 

une partie de la troupe

Les bouteilles d’eau se vident très rapidement et les coups de soleil annoncent la couleur! Heureusement en arrivant aux Allards, petit village au bout de cette route, Jean Luc Aubrière et son épouse (des connaissances de Michel notre régional de l’étape) nous offrent un peu d’ombre sur leur terrasse et de l’eau fraîche pour nous hydrater et remplir les gourdes vides.


 Même Mario a droit à plusieurs seaux d’eau bien remplis (et vite vidés). Ghislaine ne se sentant pas très bien (gros coup de chaud) restera chez ces gentils hôtes pour attendre son gentil petit mari.

 

les tentes XXXL
les tentes XXXL
les tentes XXXL
les tentes XXXL
les tentes XXXL
les tentes XXXL

les tentes XXXL

Nous approchons maintenant de Dolus ; nous dormons ce soir au centre de vacances de la Guinalière sous toiles de tente version XXL.

IL reste encore 2 petits km pour rejoindre la place centrale de  Dolus où le maire Grégory Gendre doit nous recevoir ; tout le monde est déjà bien fatigué de cette première journée et pour cause … les 22 km parcourus sous cette chaleur ont laissé des traces!

parking réservé


Après un petit rafraichissement à la mairie (où malheureusement peu de monde est venu à notre rencontre , mis à part le petit Raphaël qui nous attendra le lendemain matin dans son école, tout fier d’avoir rencontré Mario avant ses copains ), nous repartons vers notre lieu de couchage où une douche (bien fraîche faute d’eau chaude) nous attend. Martine et Nanou nous rejoignent à l’heure de l’apéro, au bord de l’enclos dressé ce soir là pour Mario qui a lui aussi droit à un repos bien mérité!!
Nous repartons le soir (mais cette fois ci en voiture) diner à Dolus dans une petite crêperie fort sympathique (« la Galicrêpe ») ouverte depuis peu. Nous passons un moment très agréable dans cette crêperie et partons nous coucher pour un repos bien mérité … ce sera sans compter sur les moustiques qui sont de la partie, le chaton qui est passé de cabine en cabine, et le réveil de Martine qui sonne à trois heures du matin !
Mais dans l’ensemble tout le monde s’en est bien sorti pour dormir et redémarrer pour une deuxième journée encore riche en chaleur et émotions ,avec tout le temps dans le coin de la tête une grosse pensée pour ceux pour qui nous marchons.

 

la course de l'espoir



Et depuis notre île en ce début de semaine nous avons une grosse pensée pour les bénévoles et sympathisants de l'association l’Étoile de Martin. En effet, hier ce fût pour tous une grande journée solidaire, familiale et sportive avec la course de l'espoir se déroulant au mont Valérien( dans le 9.2) sous les couleurs turquoises. 1100 participants et pas moins de 135.000 euros versés intégralement aux chercheurs de l'Institut Gustave Roussy ainsi qu'à l'Institut curie. Mario le mulet n'a pas pu participer à cette grande et belle action puisqu'il marche lui aussi pour la même cause contre les cancers de l'enfant en faisant le tour de l'île d'Oléron avec un bien sympathique et fameux  groupe de bénévoles.

Avec le maire de dolus dans la zone de Lagunage

Aujourd’hui sur l'île grosse chaleur pour notre marche de cœur et le moral est donc au beau fixe.

les enfants attentifs devant Mario.A haut, le maire de dolus expliquant le fonctionnement des écluses

 



Voici maintenant un extrait de ma prose de ce  mardi soir adressée par texto à quelques amis.  "Aujourd'hui la grosse chaleur nous a gentiment accompagnés à travers les marais. Ce matin les élèves de l' école de Dolus ont posé cent questions à Mario.

Mario sait aussi se moquer

Tout le long de notre marche jusqu'à Grand Village le touriste retraité souvent bedonnant se comporte en pingre et détourne son regard de notre groupe mais en cachette s'autorise à photographier Mario. Ici sur l'ile en arrière saison c'est le règne du camping-car et du vélo électrique. Individualiste et souhaitant avant tout son bien être le jeune troisième âge profite de son bonheur, de sa retraite, paradis laïque tant espéré et nous,nous sommes en chemin pour dire aux gens que des gosses n'ont pas leur chance ."
Notre groupe est au top et ce soir Patrice Robillard maire de grand village nous offre l'hospitalité.


 


 

Hollé!randoléron


Aujourd'hui jeudi, belle journée très venteuse en compagnie du club de randonnée pédestre ''randoléron''. Mario est  impérial comme d'habitude et est le sujet de toutes les attentions de la part des randonneuses.
La mairie de la Cotinière comme les autres municipalités se montre très accueillante et facilitatrice et Sylvie Chastannet nous offre le coucher dans ses mobil-homes
En ce quatrième jour tous les participants se sentent bigrement fatigués : est-ce le vent du large, les cailloux dans les godasses, les kilomètres parcourus?

les amoureux sur un banc public...
la fatigue le gagne mais son coeur est content.

 


Aujourd'hui dernier jour de marche. Le vent nous a fouetté et ré-fouetté. Il était même un peu frais sur le marché de St Pierre d'Oléron et quelques chalands nous ont encouragés. Jacqueline et Michel nos facilitateurs locaux et co-organisateurs de cette action en Charente Maritime nous ont choyés et accompagnés jusqu'au bout de la journée.

bien dans leur terroir


Au soir, Mario a failli nous faire une "cagade" ( cela est tiré d'un patois gascon qui veut signifier d'une manière extrêmement familière le fait de déféquer et donc par extension de faire le pitre malfaisant à l’extrême.D'aucun pourrait dire que dans ces moments là "il nous fait chi..!") mais finalement s'est vite calmé, il roupille ce soir de l'autre côté de notre camping 5 étoiles qui nous est une fois encore offert par Claude Cavel propriétaire du ''camping les gros joncs".
Durant cette marche nous sommes 12 marcheurs quasi permanents sous les couleurs turquoises de l'étoile de Martin, fatigués mais heureux d'être là .

Et pourtant,avant ...Maryse avait peur du mulet!


Nous profitons de notre santé pour marcher et dire haut que des enfants sont en souffrance.
C'est le moment de chanter à tue-tête :"La fatigue me gagne mais mon cœur est content..."
 

 

 

l’Étoile de Martin a vivement brillé en même temps que notre ☀️ soleil de septembre. A marée basse la plage et la mer nous ont fait des signes tellement forts que nous sommes heureux de nos rencontres et du montant de la cagnotte de cette belle marche solidaire.

 

 

Quelquefois mes pensées s'arrachent de la beauté du paysage pour se fixer vers les cages plastifiées blanches à roulettes: Boudi de boudi, je me demande bien combien il y a de mobil-homes sur l'île au mois de septembre : cela fait des tonnes et des tonnes de plastique durable qu'il faudra bien essayer de recycler un jour !

que c'est triste!

 

 

Nous sommes revenus à notre point de départ et maintenant depuis mes pénates je peux remercier sans pouvoir les nommer tous ceux qui nous ont accompagnés physiquement ou par la pensée ''textorielle''. En effet ça fait du bien de recevoir ici et là un petit texto d'encouragement, mais je m'aperçois une fois encore et cela je le dis sans malice: les lecteurs sont éminemment passifs et rarement participatifs; Ce sont bien souvent des consommateurs qui ronflent paisiblement en se contentant de l'instant . Heureusement nos marches solidaires n'attendent pas l'appréciation de nos contacts, elles ont une autre vertu que partage les marcheurs. Vous connaissez cette vertu, alors faites la fructifier.

un groupe formidable

 

Et Mario ne dit pas non !

Cette marche solidaire fut un bon cru porteur de sens.du bon et beau sens. Ce sont aussi 1523 euros récoltés au long de cette marche qui sont allés grossir les fonds pour la recherche sur les cancers de l'enfant.

 

Récit réalisé en complicité avec Pascale, plus connue sous le "ti-nom" de Calou.

Du pré de Basfer  en septembre 2019.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

goudeau ariele 04/02/2020 16:55

Quel plaisir de retrouver les belles marches d'Oléron !
et bravo pour ton mot de bonne année , très poétique
A bientôt Arièle et Chris

Nanou 04/01/2020 11:34

Merci pour ce beau reportage et au plaisir de vous revoir bisous

byp 02/01/2020 19:07

Une bien belle rando , ce tour d'Oléron ....
Et l ' Etoile a brillé " grave " dans cette " île lumineuse "

TRÈS BONNE ANNÉE à toi , Jean , et à Mario