Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par randomulet

 

 

Lors d’un précédent voyage avec Mario, le mulet à l’abbaye cistercienne de Valloires dans la Somme, j’avais admiré dans les jardins une rose de taille moyenne avec cinq pétales, d’un rouge profond touché de rose, au parfum fruité et léger : elle se nommait « rose de Picardie ». Cette évocation m’a fait chanter avec Yves Montant cet air-là qui va si bien à cette région picarde.

 

Ce n’est qu’au mois de juin dernier, en 2019, sur l’invitation expresse d’Anne la Picarde, que nous nous sommes rendus dans ce bien beau pays où il n’y a pas seulement des champs de betteraves. Subsistent encore de belles forêts, des chemins bien malicieux, des villages attrayants, des jardins de senteur et surtout des gens d’une incroyable gentillesse.

L’avant-premier jour, je me présente alors sur la place du village de Beauquesne, lieu qui a conservé son âme, ses commerces et surtout son pôle de soins avec son cabinet médical comptant 3 médecins. À ma grande surprise, la foule des villageois attend Mario, la future vedette et mascotte de cette randonnée caritative en faveur de la recherche sur les cancers de l’enfant. Sont présents Monsieur le maire, de nombreux sympathisants, les médecins et autres auxiliaires médicaux, les enseignants, mais également l’harmonie municipale au grand complet (plus de soixante exécutants). Cette première rencontre augure une semaine bien sympathique. Après avoir écouté discours et chansons, un gigantesque barbecue est servi à la population.

Ce fut l’occasion de faire connaissance avec les gens qui m’accompagneront tout ou partie de cette marche en étoile sur les chemins menant à Naours, Candas, Longuevillette, Doullens, Brévilliers, Lucheux, Frévent.

la fable du maire,du muletier étoilé et du mulet .

Remarquablement organisée par Laurence et Anne avec le concours de François le maire de la commune, cette marche s’est révélée un succès tant sur l’aspect de la récolte des dons (proche de 6 500 euros) que sur la qualité des rencontres avec les enfants des écoles des villes et des villages traversés. Les maîtresses et maîtres d’école ont bien préparé notre venue et les nombreuses questions posées par les petits du CE et CM ne manquent pas d’intérêt, bien au contraire ! Au cours de cette belle balade, je ne suis jamais seul et le groupe se transforme chaque jour, passant de 3 ou 4, rarement, jusqu’à plus de 30 accompagnateurs. Cela donne non seulement du sens à l’action mais contribue aussi à encourager l’effort qui sous les effets des très fortes chaleurs de ce mois de juin a failli parfois s’engourdir.

Un mulet à la pompe!
du jaune pour Mario?

 

Remise de chèque par le maire de Beauquesne. Derrière,l'harmonie se prépare à jouer ...

Beauquesne

Malgré la circulaire du ministère de l’Éducation nationale, interdisant toutes sorties durant cette semaine caniculaire, Wilfrid, comme d’autres directeurs engagés et responsables, a su s’adapter pour ne pas faire perdre aux enfants de l’école le plaisir de voyager avec Mario. C’est ainsi que, après une rencontre active et participative dans la cour de l’école pavoisée de ballons, de drapeaux, de banderoles, les enfants nous ont accompagnés sur un bout de chemin du « tour des haies ».

les élèves de l'école les Charmilles
Mario au soleil, les petiots à l'ombre!

 

Naours

Ce village, réputé par sa cité souterraine, comprend 28 galeries sur lesquelles sont réparties environ 130 pièces, à une profondeur moyenne de 33 mètres sous la colline.

La partie carrière a commencé probablement à être creusée vers le Xe siècle, puis elle a été aménagée en refuge au XVIe siècle pour les villageois et leur cheptel, au moment des invasions.

Cette cité souterraine pouvait abriter près de 650 personnes. Tout au long des galeries se trouvent les chambres des différentes familles. Se remarquent aussi les étables avec les auges, les puits pour l’eau, les cheminées d’aération et les cheminées à fumée qui ressortaient dans celles des maisons, des places. Sous le règne de Louis XVI, les souterrains furent utilisés par les contrebandiers du sel, les faux saulniers pour échapper à la gabelle. Ils y établirent un dépôt de sel.

Pendant la Première Guerre mondiale, les souterrains furent occupés par des troupes anglaises et canadiennes entre 1916 et 1918. Un hôpital militaire y aurait même été établi. Durant la Seconde Guerre mondiale, ils furent d’abord employés par les troupes britanniques comme réserve à matériel et carburant. Puis en 1941, l’armée allemande les utilise comme entrepôt à munitions et en 1943 comme base défensive en liaison avec le mur de l’Atlantique. De gros travaux de maçonnerie y sont alors réalisés.

 

Candas   

enfants et mulet à Candas
Mario et les enfants au moulin

                         

mulet devant le moulin de  Candas (80
avec les enfants devant le moulin deCandas

Ce charmant petit village a deux particularités évidentes : son école et son moulin. Toutes les classes de l’école sont réunies dans la cour de récréation en attente de Mario l’indicible. « Enfin le voilà, celui que vous attendiez tous sans vraiment savoir qui il était vraiment ! un âne, un poney géant, un cheval aux grandes oreilles ? » Les maîtresses et surtout Anne-Sophie la directrice ont préparé avec beaucoup de soin la rencontre avec des chants et des cris de joie. Les enfants scandent en chœur « Mario, Mario, Mario ».

Des drapeaux à l’effigie de l’Étoile de Martin, association pour laquelle nous marchons, sont déployés, des ballons sont lâchés et des banderoles saluent notre présence. Tous ensemble derrière Mario, le grand groupe composé de 200 enfants, de maîtresses et de parents s’ébranle pour rejoindre le lieu de pique-nique à l’ombre des arbres et du fameux moulin de Candas. Moment émouvant où les gamins chantent tous ensemble une chanson mimée et composée par les maîtresses relatant la maladie, les bobos, les médicaments, la bonne santé, mais aussi la guérison, le travail des docteurs et des chercheurs de l’hôpital et des mamans qui s’inquiètent de la santé de leur enfant.

un mulet emballonné
tous les ballons accrochés sur Mario pétaient les uns après les autres en frolant les épines des roses de Picardie

 

Tous ces enseignants dont le grade de professeur des écoles est loin de traduire leur engagement comme maîtres d’école ont pour mission de construire le petit homme. Et cela est particulièrement réussi ici, dans cette école. Lors de toutes mes randonnées axées contre les cancers de l’enfant, j’ai souvent rencontré comme ici des maîtres et des maîtresses d’école, des vrais, comme Fabian à Saint Germain La Rivière (33), comme ceux des villages du Hurepoix (91) ou encore ceux de Selles-sur-Cher (41). Je suis toujours très admiratif du travail accompli, du bel ouvrage. D’ailleurs, les petits élèves le leur rendent bien en étant à l’unisson avec les programmes et les projets.

« Tout projet commence par un rêve ! Même les randonnées chantonnées sur l’air des Roses de Picardie. »

 

Doullens

Avant d’arriver dans cette ville, notre petit groupe a fait une halte à Longuevillette pour visiter l’arboretum et la petite église du village, joyau de simplicité et de charme bonhomme.

Passage à Gézaincourt où nous pouvons pique-niquer dans le parc du château, à l’ombre des grands chênes et tilleuls.

fidèle ,l'ami Thierry partage notre pique nique dans le parc du chateau

Sous une forte chaleur caniculaire, nous arrivons à la citadelle de Doullens, où nous laissons Mario dans un enclos au pied des remparts pour y passer la nuit. Puis, sous la conduite de Patrick, nous découvrons avec bonheur et intérêt ce vestige monumental.

l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site
l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site

l'association des amis de la citadelle s'investit énormement pour la rénovation de ce site

La citadelle de Doullens

Afin de protéger cette frontière, le roi François Ier décida, en 1530, de faire construire à Doullens une citadelle de grès.

Située au pied du confluent de la Grouche et de l’Authie, avec, d’un côté, la position stratégique de la côte d’Amiens ; de l’autre, les collines de l’Artois, la citadelle fut, au XVIIe siècle, l’une des plus vastes de France. Les bases de cet édifice serviront amplement de modèle pour les fortifications du XVIIe et du XVIIIe siècle, dont Vauban s’est largement inspiré, bien que ce dernier ne soit jamais venu à Doullens.

l'école de "préservation"
l'école de "préservation"
l'école de "préservation"
l'école de "préservation"
l'école de "préservation"
l'école de "préservation"

l'école de "préservation"

À partir de 1855, la citadelle devint une prison de femmes. En 1887, le ministre de la Justice décida de fermer la prison et en janvier 1892 fut créée une maison pénitentiaire pour jeunes filles,
l’« école de préservation ». Il s’agissait d’une institution publique d’éducation corrective dans laquelle étaient détenues les jeunes filles confiées à la tutelle administrative. Elle comprenait 126 cellules individuelles pour les filles jugées coupables mais non discernantes confiées à l’établissement généralement jusqu’à leur majorité civile (21 ans) au titre de l’article 66 du Code pénal ; un quartier correctionnel de 40 cellules individuelles pour les filles indisciplinées ou ayant été condamnées en récidive légale ;14 cachots de punition de jour comme de nuit.

Les mineures étaient affectées suivant leur état de santé, leurs goûts ou leurs capacités, soit aux ateliers industriels, soit à la section agricole. Toutes les pupilles ont deux heures de classe chaque jour et assistent à des causeries morales ainsi qu’à des séances récréatives. Un dispensaire prophylactique pour les vénériennes et une maternité avec une pouponnière sont annexés à l’école de préservation.

Deux autres écoles de préservation étaient installées, l’une à Cadillac (33) et l’autre à Clermont-de-l’Oise.


Durant la Première Guerre mondiale, située seulement à 30 km de la ligne de front, la citadelle fut transformée en hôpital militaire canadien.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, de 1941 à 1943, la citadelle de Doullens devint un camp d’internement français.

En 1944 : les Allemands conçoivent le projet d’établir là le poste de commandement des rampes de lancement des bombes V1 et V2 du nord de la France. C’est sans aucun doute à cause de ces dispositions que l’aviation alliée bombarde Doullens à de nombreuses reprises en 1944.

..et Albertine sauta...
..et Albertine sauta...
..et Albertine sauta...

..et Albertine sauta...

Avril 1957 : c’est du haut des remparts de la citadelle qu’Albertine Sarrazin, célèbre écrivain, s’échappa en se fracturant la cheville. Elle fit le récit de cette évasion dans son roman L’Astragale, douloureuse cicatrice due à son saut du haut des fortifications. Le film l’Astragale, réalisé en 1968 par Guy Casaril avec Marlène Jobert dans le rôle principal, est une adaptation de ce roman.

Après l’indépendance de l’Algérie en 1962, 83 familles de Harkis rapatriées d’Algérie furent accueillies à la citadelle dans les locaux du ministère de la Justice.

À ce propos, on peut dire ici en aparté que les supplétifs autochtones de l’armée française furent ceux qui s’occupèrent des mules durant la conquête de l’Algérie entre les années 1830 et 1870. Durant la guerre d’Algérie (1954-1962), ce sont les Harkis, autres supplétifs qui ont entretenu et conduit ces « échelons de transport combattants ». On évalue alors le nombre de mulets à 2500. En arabe, mulet se dit « brèle », d’où l’expression « grande brèle » pour désigner ces grands mulets, et par extension les grands blancs qui les accompagnent... On peut penser que les mulets n’étaient pas aussi hauts ni imposants que notre Mario, car issus d’un croisement d’âne des Pyrénées et Barbe (berbère) d’Afrique du nord ils étaient ainsi plus faciles à « baster ». À l’époque, la production kabyle était évaluée à 10 000 mulets par an (on en est bien loin aujourd’hui).

 

Pour terminer notre journée doullennaise, une merveilleuse soirée « grillade », organisée par François, le maire de Beauquesne, a rassemblé dans la citadelle l’ensemble des acteurs de cette semaine picarde. Ce fut une réussite.

 

Lucheux

Certains d’entre vous ont bien connu la société des eaux de Lucheux qui a dû fermer ses portes en 2002 pour cause de non conformité avec une teneur en nitrate importante. Pourtant, depuis 1954 cette eau embouteillée en 1,5 litre était recommandée pour les biberons de bébé ! Le groupe Roxane s’est bien diversifié. De nos jours, les sources Alma commercialisent des marques bien connues des consommateurs : Cristaline, Saint-Yorre, Rozana, Vichy Célestins et bien d’autres encore !

une partie de l'équipe devant le beffroi-porche

Mais Lucheux, c’est aussi une ancienne cité médiévale, seule commune de Picardie ayant conservé ses 3 monuments symbolisant l’Ancien Régime de la société française : un château fort construit entre le XIIe et le XIVe siècle, une église romane présentant des chapiteaux historiés et un beffroi porche du XIVe siècle, unique dans le nord de la France et reconnu par l’UNESCO en 2005.

Avec les élèves de la petite école de Lucheux

Lucheux, c’est encore un accueil fort agréable par les enfants de l’école qui sont heureux de faire connaissance avec ce grand mulet avant d’aller à la bibliothèque pour copieusement trinquer à la réussite de notre périple avec le maire et son conseil, les associations locales.

dans l'école Jeanne d'Arc

Seulement voilà, pour arriver à Lucheux, notre petit groupe, après avoir rendu visite à deux écoles de Doullens et reçu une réception mémorable et chaleureuse à l’école Jeanne-d’Arc, a cheminé sur l’ancienne voie de chemin de fer reliant Doullens à Frévent pour rejoindre le village de Brévillers. Accompagnés par le club de randonnée pédestre et son président, le maire de Brévillers en personne, nous avons fait un petit détour qui en valait la chandelle. Une visite commentée de l’église du village où, contre toute attente, en guise d’offrande ou de bénédiction, je ne sais, nous est offert sur les bancs en bois, en présence du Saint-Sacrement, un copieux goûter avec sucreries et boissons diverses.

Ce soir-là, Mario a dormi dans le pré de miss Cécile.

Chez Cécile

 

les collegiens au départ de Lucheux

Frévent

De bon matin, rassemblement des marcheurs volontaires ainsi que des élèves de 5e et de 4e de l’école du Sacré-Cœur de Frévent. Michel, le maire de Lucheux, et son épouse nous accompagnent sur la grande allée royale, ancienne voie romaine qui traverse la forêt du sud au nord. Les ados marchent vite et nous devancent souvent, puis se regroupent à l’appel de leurs responsables. Il fait très chaud et la France est toujours en épisode caniculaire. Heureusement, les frondaisons nous protègent et cette longue marche de 18 km ne sera pas trop pénible.

à l'ombre!

Un troupeau de marcassins traverse la chaussée royale, mais ils sont trop loin pour les photographier avec nos téléphones !

Nous passons par Rebreuviette, Rebreuve-sur-Canche, Bouret-sur-Canche, nous contournons le château de Cercamp pour arriver dans Frévent, à l’école du Sacré-Cœur. Au long du chemin, de nombreux jardins laissent entrevoir derrière leurs murs les fameuses roses qui ne sont plus picardes, car nous avons maintenant rejoint le Pas-de-Calais. Comme ailleurs, nous sommes attendus avec banderoles et drapeaux étoilés en turquoise, symbole de l’Étoile de Martin***. C’est vraiment la fête et l’excitation est à son comble !

remise de chèque par les élèves du collège .
Questions/réponses avec tous les enfants; "à s'en faire péter les cordes vocales"!

 

 

Fantastique randonnée en Picardie sous les couleurs de l’Étoile de Martin. Beaucoup de personnes se sont mobilisées autour de ce projet et je les en remercie.

Jean, du pré de Basfer,  juin 2019.

Correction par Martine F

 

 

Règlement général sur la protection des données (RGPD) / EU General Data Protection Régulation

 

Conformément au nouveau règlement général européen sur la protection des données (RGPD) qui a pris effet le 25 mai 2018, je sollicite votre accord pour continuer à vous adresser sous forme électronique les actualités autour des randonnées et activités de Mario le Mulet.
Si vous souhaitez recevoir ces informations, vous pouvez ignorer ce message.
Si vous ne souhaitez plus recevoir ces informations, vous avez la possibilité de demander votre désinscription par mail à: www.randomulet.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

claire 13/09/2019 20:47

bravo ! bravo ! même si je n'ai pas tout lu ... ! bon séjour à Oléron pendant la course au Mt Valerien ;) gros bisous ! claire

Picy Françoise 13/09/2019 17:53

Merci pour la narration de ce très beau voyage en Picardie. On partage avec vous tous l’intensité des échanges et la participation sincère pour la noble cause que vous soutenez inlassablement. Mille mercis et vive les roses ???? de Picardie. Amitiés.

randomulet 13/09/2019 17:58

merci Françoise pour cette belle réponse. Une autre marche est imminente: dimanche prochain , départ pour le tour de l'ile d'Oléron pour la même cause!
Amitieusement
Jean