Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par randomulet

n'est pas blaireau qui veut!

La journée avait bien mal commencé avec ce dentifrice sur le blaireau pour me raser… Pourtant, il s’agit d’un beau blaireau récupéré lors d’une précédente randonnée. Sa belle forme lui donne une prestance que beaucoup de salles de bain d’hôtels de luxe pourraient lui envier : son manche en bois gris argenté lui va si bien avec sa grosse touffe de poils souples virant vers la couleur franche d’un blaireau ou plutôt d’une blairelle relativement jeune, sûrement sans grande expérience, puisqu’elle s’est fait prendre par un piège tendu au détour d’une haie de charmilles.

Et puis il n’y a pas que cette histoire d’échange de crème. En allumant la radio ce samedi, j’ai cru me trouver dans une conjuration tournée à l’extrême vers le sauvetage invétéré de notre planète. Je ne suis pas contre les efforts que nous devons tous déployer avec force pour éviter les catastrophes que nous subirons immanquablement dans les années futures, si nous ne réagissons pas avec lucidité contre notre adoration du veau d’or (et de l'argent!). Je veux dire que trop de propagandes bio-vert-écolo ont pour conséquence de déboucher sur un effet contraire à celui qui est escompté. Ainsi, la dame de la radio, vraisemblablement une militante éprouvée qui parlait sans cesse, remoulant un phrasé appris par cœur, ne répondant pas aux questions des journalistes mais poursuivant son allocution, m’a servi un ton nouveau, un langage souvent abscons pour le néophyte que je suis.

je te dis que c'est comme ça, et moi je te dis que c'est comme ci!

Elle défendait, par exemple, le vivre ensemble avec les animaux tels que les loups et les ours qui peuplent maintenant nos Pyrénées. Pour harmoniser ce vivre ensemble doux entre prédateurs et bergers elle préconisait d’augmenter le nombre de patous, d’encourager les bergers à installer des filets électrifiés autour des troupeaux, mais se disait rassurée par les aides et le dédommagement de l’Europe lorsque les bêtes sont égorgées. En revanche, dans son discours, elle regrettait que des chevreuils et autres cervidés viennent sans vergogne brouter sur les herbages de montagne, appauvrissant ainsi les pâturages des brebis! Cette gentille activiste dont je n'ai pas retenu le nom passera sûrement ses vacances d'été à l'estive !

le bon patou...

 

Je me disais, avec mon dentifrice sur les joues, que cette citadine était bien loin des réalités du terrain, que sa harangue ne contribuerait pas à convaincre les douteux et les sceptiques mais viendrait au contraire confirmer que seuls des universitaires intellos aux ongles propres et en escarpins sont maintenant susceptibles de définir ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est bon et ce qui est mauvais pour nous tous, pauvres individus ignares de leur savoir.

Jean de La Fontaine

Il y a même des politiques qui savent nous sermonner et nous chapitrer en nous faisant parfois plonger dans la honte et le regret mais qui se complaisent tant à nous parler de futilités.

 

Depuis presque vingt ans, j’ai moi aussi appris le vivre ensemble avec un mulet. Ce n’est pas commun de communier le vivre ensemble avec un mulet, aussi il est temps pour moi de vous faire partager le projet d’intégration, d’inclusion – comme on dit aujourd’hui – des mulets afin de contribuer à sauver la planète et bien d’autres choses encore.

 

avec un mulet pour soutenir la recherche
à St sulpice de Favière!

 

 Le Mulet Mario, dessiné par Eva.
une médiation muletière retranscrite par Eva 7 ans...

En longue promenade dans la région parisienne, nous avons Mario et moi(et d'autres encore) cheminé un bout de temps avec Axelle, une jeune animatrice spécialisée dans les actions de médiation avec le cheval.

sentir, toucher, toucher encore!

Elle s’efforce d’utiliser les interactions avec l’animal pour apporter un bien-être corporel, mais surtout psychique avec l’animal. Cette instructrice en « équithérapie » prétendait être troublée par le souffle de Mario, alors qu’elle lui disait bonjour. « Le souffle du mulet est nettement supérieur à celui du cheval. Cela est impressionnant et devrait être mis à profit dans le cadre d’une rééducation avec les enfants psychotiques qui sont très sensibles à cet échange vibratoire. »

Voilà une bien bonne nouvelle susceptible de répondre à plusieurs objectifs :

La sauvegarde et l’accroissement de la race des mules poitevines.

L’aide au sauvetage de la planète.

Le développement d’une économie sanitaire éco-responsable.

 

l'oeil de Mario le Mulet

On est encore bien loin de l’exploitation du souffle du mulet pour une renaissance de la race ! Bien que les mulets soient très peu présents dans les zoos, on sait que cette race a frôlé son extinction si des sauvetages énergiques n’avaient pas été mis en œuvre par les haras nationaux, le syndicat d’élevage mulassier et le parc régional du marais poitevin.

Le puissant souffle du mulet
Le puissant souffle du mulet
Le puissant souffle du mulet

 

La survie de la race muletière du Poitou est encore incertaine, malgré les efforts des associations de défense mais aussi par les nombreuses actions expérimentées ici ou là. Ne voit-on pas fleurir les utilisations des chevaux de trait ou mulets pour des travaux de développements durables comme le ramassage des déchets ou des travaux de biodiversité en agriculture. Tout cela est fort bien et se diversifie également auprès de quelques municipalités qui favorisent le ramassage scolaire. Cela est toutefois anecdotique et comme le ciel pavé de bonnes intentions. Quelques néoruraux se plaisent à utiliser les mules pour des travaux agricoles comme la vigne, le débardage, le maraîchage, mais cela reste très événementiel, mais la passion de quelques uns emportera le défi.

Nous sommes loin des communautés Amish ! Quelques revues à tirage confidentiel font état de ces expériences…

Par son puissant souffle le mulet pourrait être exploité d’une façon beaucoup plus moderne et bien plus rentable que ce que l’on voit aujourd’hui qui ne fait que reproduire ce qui se faisait dans le passé, alors que la mécanisation de nos campagnes et de nos villes n’avait pas encore vu le jour.

Il faut résolument, me disait dernièrement un membre influent de la chambre de commerce neurovégétative d’un pays voisin en relation avec la chine, développer ce qui est porteur, ce qui est tendance, ce qui flatte le sur-moi et le moi. Ce membre fort zélé me proposa d’utiliser les mulets pour faire renaître la biodiversité. N’oublions pas aussi les mules car, il faut bien le dire, nous ne pouvons aujourd’hui nous payer le luxe d’une fronde par la communauté mulifiniste pour les violences faites aux mules. Donc, nous conviendrons que mules et mulets se situent au même niveau de production, d’autant qu’ils sont l’une et l’autre stériles : cela simplifie considérablement l’équation.

La profonde respiration de la gente muletière pourrait ainsi donner de la joie, du partage, de l’aide à vivre ensemble à une population d’humains lobotomisés soucieux de paraître et de se plaire. Par ricochet et sans que cela ne joue sur la marge bénéficiaire du projet, le souffle pourrait être distribué aux indigents et autres gens fréquentant les périphéries défavorisées, voire à des patients souffrant de quelques maux névrotiques ou psychologiques.

expression enfantine du'' vivre ensemble''

 

L’idée maîtresse consisterait à produire en grande quantité des souffles de mulets en installant des fermes biothermales dans des contrées où l’élevage de ce nouveau type ne viendrait pas troubler la quiétude des autochtones. Ainsi, nous privilégierions des espaces loin des villes et loin des campagnes. L’installation de stabulations pouvant contenir 24 voire 48 stations en têtes bêches conviendraient parfaitement à une opération de rentabilité éco-bio en prenant bien soin de favoriser le « multitâches ». La récupération du crottin étant également un bon débouché vers les cultures en toitures et balcons du parisianisme.

culture à base de crottin bio!

L’utilisation du souffle arrière est aussi à favoriser car, on le sait bien, (surtout les enfants qui en rigolent beaucoup) le mulet est expert en vents volumineux, gras et chromatiques.

Une des difficultés majeures demeure le conditionnement et l’expédition du lieu de production vers le lieu de consommation. Afin de ne point gêner (par l’odeur des souffles avant et arrière) les postiers et autres transporteurs, il sera proposé de mettre le souffle en bouteilles en verre recyclable evidemment. On pourra même les réutiliser sous réserve d’un nettoyage succinct : ainsi la planète s’en trouvera-t-elle soulagée.

Les chargés de communication du produit devront en outre se méfier de la concurrence car vendre du vent n’est certes pas nouveau si l’on se réfère aux nombreuses publications, réclames et autres pubs qui sont foisonnantes dans nos journaux et télés. À cette heure du projet, je peux même leur proposer une orientation : « parce que je le sens bien » ou bien « Comme j’aime, le souffle muletier ; on est tellement sûr que ça va marcher, on est tellement sûr que ça va vous plaire… ». Bref, il faut que nos vendeurs soient inspirants en faisant croire aux nigauds que la respiration muletière expirante est indispensable pour leur santé, pour le bonheur de l’humanité et pour la planète bien sûr.

Des bouteilles d'air réutilisables avec fermeture ''à l'ancienne''

De nombreux problèmes, vous en conviendrez, sont encore à l’étude mais grâce à la volonté de quelques avant-gardistes ce projet tend à se concrétiser plus rapidement que prévu. En cela, gageons que le mulet ne viendra pas grossir les cages des zoos car enfin sauvé de l’extinction par son souffle, il ne sera plus une espèce menacée en voie de disparition. Soyons sereins face à la convergence des luttes climatiques. Le mulet souffle de vie, d’une vie meilleure, va ainsi contribuer à la bonne santé de tous ceux qui aimeront son souffle puissant et cet échange vibratoire.

Pour ma part, je continuerai à poursuivre, en m’inspirant de ce souffle, mes diverses pérégrinations muletières sur les chemins de France.

Jean en Août 2019 .

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Dubois 02/09/2019 12:52

Mon cher Jean,
Tes propos "psycho-sciento-humano-écolo" me laissent à penser que tu ne manques pas d'air !
Pour ma part, je suis à bout de souffle d'avoir tant ri à lire ta prose et tes perspectives d'embouteillage d'une thérapie qui ne manque pas de parfum.
Il me tarde de voir un spot publicitaire dans lequel Mario tournerait le dos pour nous insuffler une brise (ou une tornade !) salutaire après laquelle nous serions tous rassérénés, apaisés, sereins. Je dirais même... "en odeur de sainteté".
Allez, Jean et Mario… bon vent !!!
Michel

randomulet 13/09/2019 18:03

Bonjour Michel,
très beau commentaire plein d'humour
Un de mes potes, le gars jean Jacques m'a dit de vive voix parce qu'il ne maitrise encore pas bien l'informatique " tu ne manques pas de souffle". C’est dans ta même veine,n’est ce pas?

BYPBYP 01/09/2019 19:17

BRAVO POUR CETTE EXCELLENTE LETTRE
Je n 'avais jamais prêtè à Mario des dons de musicien !!! Mais à la réflexion , il n'est pas donné à tout le monde de composer des " suites de demi-tons "
A très bientôt dans les embruns d' Oléron

randomulet 13/09/2019 18:05

oui BYP BYP, les embruns et les vents d'Oléron nous feront le plus grand bien . alors à tout de suite. jean

Marie Claude 01/09/2019 12:16

Bravo Jean Pour ton ecriture sur un sujet bien délicat !!!!

randomulet 13/09/2019 18:06

merci Marie claude pour ce commentaire sur le puissant souffle du mulet.. Jean

claire 31/08/2019 21:32

ah ah ! je te sens en forme Jean ! et ça fait plaisir ! je t'embrasse bien fort ! claire 91

randomulet 13/09/2019 18:10

Bonjour Claire, bientôt L'ile d’Oléron avec le mulet ...
Nous aurons tous une très forte pensée pour ceux qui participent à la course de l'espoir Dimanche 15 septembre au mont Valérien
On se bat , on ne lâche rien .
Des bises *Jean

Marie Claude 01/09/2019 12:16

Bravo Jean pour ton ecriture sur un sujet bien délicat!!!!