Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par randomulet

Cette semaine de marche à la rencontre des enfants des écoles a été riche en émotion, tant elle fut dense, active et pleine d’ions positifs.

 

 

 

La randonnée s’est déroulée en Hurepoix, en région parisienne, tout près des villes de Dourdan, de Rambouillet et d’Arpajon. Bien préparée par l’équipe du service du Rotary club de Dourdan, cette marche solidaire, visant à soutenir la recherche sur les cancers de l’enfant, a conflué vers les villages de Villeconin, Boissy-le-Sec, Richarville, Corbreuse, Angervilliers, Saint-Cyr-sous-Dourdan, Saint-Chéron et Ollainville. À chaque fois, le petit groupe organisateur, le fil rouge, a suivi Mario le mulet en compagnie de nombreux enfants sur les chemins des plaines et des bois de cette belle région.

un mulet nommé Mario
un mulet bien impressionnant

Les plus petits, assis en demi-cercle devant Mario, ont regardé avec étonnement et parfois de la crainte ce grand âne-cheval, ce mulet d’exception. Les maîtresses ont fait un super travail en expliquant en amont la légende du mulet et en exposant le sens de notre démarche. C’est ainsi que, passé le moment de stupeur, beaucoup de questions ont fusé vers les muletiers avant que tous entonnent avec force l’hymne des petites sections « Pirouette, cacahuète », l’histoire du facteur qui s’est cassé le bout du nez en montant l’escalier en papier…

Les plus grands, ceux du CE2, CM1 et CM2, vont pour le premier jour coconduire Mario sur 13 km, grâce aux « mots magiques » que ce bougre de mulet respecte avec une grande obéissance. Ils sont 88. Il y a William, Rose, Isaline, Carmen, Tylan, et tous savent que cette marche aux confins de la Beauce va aider les « enfants qui sont à l’hôpital ».

Une semaine riche aussi en tensions, car il faut être vigilant à tout moment et en tout lieu aussi bien avec les enfants qu’avec les adultes ! Comme on aime tant le dire aujourd’hui, il ne faudrait pas que cette attention-tension vienne IMPACTER la réussite de cette action. Non, je ne crois pas que nous ayons « impacté » niaisement notre objectif qui, finalement, a plutôt été une réussite : une profonde sensibilisation de notre démarche auprès des enfants et du public rencontré.

 

semeur de graines

Un jour de beau temps

« Je suis un heureux homme : quand je vois pousser sous le soleil tous ces jolis pépins de pomme ». Ainsi chantait Johnny Pépin-de-Pomme en parcourant l’ouest américain. Nous, avec Mario, parcourons les chemins en laissant tomber nos graines d’espoir. Je ne sais plus où j’ai appris cette histoire et cette chanson : est-ce aux Cœurs vaillants, au Ceméa, à l’OCCAJ ? Et comment Bernard, le muletier adjoint, la connaît-il ? L’avons-nous chantée en pension ? En colo ? En tout cas, peu de gens n’en soupçonnent pas l’existence et aujourd’hui il m’est plus facile de jouer cet air à l’harmonica que n’importe quel morceau de rap ne comportant aucune mélodie.


L’histoire de Johnny Pépin-de-Pomme est inspirée du héros populaire John Chapman (1774-1845) qui planta durant plus de quarante années des pommiers le long de la rivière Ohio. L’histoire présente l’ange gardien de Johnny comme la voix qui a poussé le jeune homme à suivre les wagons de colons partis s’installer dans le vaste arrière-pays américain et à planter des pommiers sur son chemin. L’ange réapparaît à la fin de la séquence pour le réveiller, du moins son fantôme (ou âme), et pour demander à Johnny de venir planter des pommiers au Paradis où il n’y en aurait pas.

L’ange de Johnny est un personnage digne des valeurs humanistes, sociales et morales.

 

Ici à Rambouillet, les centres aérés ont succédé aux écoles et avec l’aide des Rotariens on ne lâche rien, mais c’est quand même une occupation à temps plein.
Hier soir, mémorable conférence sur les cancers de l’enfant par le docteur Grill, oncologue et chercheur à l’institut Gustave-Roussy à Villejuif. Chapeau bas ! Nous semons et semons encore auprès des plus jeunes à notre manière avec notre support Mario et je sais que nous donnons du sens à l’ordinaire.
Cet après-midi, Patrice et Jean sont venus soutenir l’équipe…

 

 

Un autre jour

Aujourd’hui encore, Mario le mulet, celui qui marche habituellement sous les couleurs de l’association L’Étoile de Martin, a continué à entraîner derrière lui 214 enfants des écoles de Corbreuse et de Dourdan. Heureusement dans la fraîcheur de la forêt domaniale ! Tous ont souhaité lui caresser le museau… « Ça fait beaucoup de caresses pour un seul mulet ! Mais moins tout de même qu’à la fête des plantes du château de Cheverny organisée par le Rotary de Blois /Sologne, où plus de 12 000 personnes ont câliné le museau du bougre… »

Les maîtresses ont fait un réel travail pédagogique en amont autour des mulets et de la maladie. Les pitchouns posent tellement de questions qu’il est souvent nécessaire d’interrompre les échanges. C’est ainsi que l’on donne du sens à l’action. En cette fin de cet autre jour, la fatigue nous gagne, mais notre cœur est content. Une grosse pensée pour Quentin, Manon, Martin et Inès.

 

main dans la main

Un jour toujours

Aujourd’hui encore, des marches et des marches avec les enfants des écoles d’Angervilliers, de Saint-Cyr-sous-Dourdan et de Saint-Chéron dans l’Essonne, encore sous le soleil exactement. Les enfants sont formidables ! Pour vous donner une idée, ils ont colorié une grande banderole avec l’empreinte de leurs mains, d’autres, à notre grand étonnement, savent mieux que quiconque le combat que mène L’Étoile de Martin !
Nous sommes remplis d’admiration et sommes heureux de savoir que nos pépins semés ici et là vont germer et donner des fruits demain et après-demain. Un gosse a même dit ce soir à Bernard : « Vous êtes le héros du quotidien ». Mais où donc a-t-il trouvé cette expression ? Si l’on en juge par son air espiègle, il en est sûrement l’auteur, à moins qu’un monsieur ou une dame ne lui ait soufflé complaisamment « se faire plaisir ».

 

sans commentaire
sans commentaire
sans commentaire
sans commentaire
sans commentaire
sans commentaire
sans commentaire
sans commentaire
sans commentaire
sans commentaire

sans commentaire

 

Notre Jour quotidien

Ce jour-là, toujours beau temps.
Grâce à l’action des Rotariens de Dourdan et d’Arpajon, nous avons avec Mario arpenté les allées du marché d’Arpajon en faisant tinter la tirelire et en sollicitant à haute et intelligible voix les promeneurs, « Oyez, oyez gentes dames et gentils damoiseaux de cette noble contrée… » Nous passons et repassons en hélant les chalands et les badauds. Nous espérons ainsi que la récolte dans notre besace sera bonne (pas seulement celle des pépins de pomme).

MARIO, MULET, MAGICIEN, MARCHEUR
MARIO, MULET, MAGICIEN, MARCHEUR
MARIO, MULET, MAGICIEN, MARCHEUR
MARIO, MULET, MAGICIEN, MARCHEUR
MARIO, MULET, MAGICIEN, MARCHEUR
MARIO, MULET, MAGICIEN, MARCHEUR

Et puis nous rencontrons une grosse école primaire dans le centre d’Arpajon : il est 11 h 45, les enfants sont « gardés » par des animateurs communaux. Des cris de folie s’élèvent dans la cour et les enfants courent dans tous les sens sans aucun contrôle. À la grille de l’école, les gosses s’agglutinent, crient, braillent, hurlent à la vue du mulet. On me fait signe d’entrer dans la cour de récréation, mais cela n’est possible qu’après avoir installé un cordon de sécurité pour protéger Mario de cette troupe en furie. Aucun animateur anime et le foutoir s’installe, laissant libre accès à une foule d’enfants hystériques. C’est alors que l’on me demande d’entrer avec le mulet dans le gymnase, une salle très sonore dont le sol est peint en jaune vif. Mario est ferré et j’indique à l’élue qui nous accompagne que les marques faites par les sabots seront ineffaçables. Qu’importe, me dit-on, ce n’est pas grave. Le mulet rentre donc dans cette étrange écurie sous le vacarme des enfants qui se pressent derrière lui. Je le sens nerveux, il racle le sol de ses sabots ferrés, se dandine et se prépare à faire une « cagade » de première, dont je connais le dégât probable. Pour éviter le pire, je dirige rapidement Mario vers la sortie où nous ferons le « sketch » face à des enfants en folie et complètement livrés à eux-mêmes, sans contrôle des adultes chargés de l’encadrement.

Morne plaine!

 

Malgré cela et soucieux de bien faire, nous commençons notre présen

tristes tropiques

tation. L’exercice se révèle très difficile. Bernard doit s’user la voix pour expliquer notre démarche, puis pour répondre aux questions désordonnées qui fusent de tous bords et à la volée. Pour ma part, je renonce à m’investir dans ce désordre, abandonnant lâchement la totalité de la tâche au muletier adjoint. Ce manque de discipline est éprouvant et se montre contraire à tout échange. Notre démonstration tournera court très vite.

Pourtant, malgré le brouhaha, cinq questions ont retenu mon attention, tant elles témoignent du registre social dans lequel nous sommes dans cette école.

Pourquoi il pleure le mulet ?

Est-ce qu’il a été abandonné ?

Pourquoi il est méchant ?

Vous le battez souvent ?

–  Est-ce qu'il voit encore ses parents ?

Merci à Claire, Arièle, Patrice, Françoise et Christian de leur soutien durant ce jour.
Grand merci à tous ceux qui s’engagent au côté de L’Étoile de Martin pour soutenir la recherche sur les cancers de l’enfant : ceux qui sont présents lors de cette action, ceux qui répondent aux textos, ceux qui se mobilisent, qui se rassemblent ici et là. « S’engager, c’est se donner en gage ! »


 

 

le facteur y est monté et s'est cassé le bout du nez

Un jour ou l’autre

Encore un bout de chemin ce matin avec Mario du côté d’Ollainville. Maintenant, il a rejoint son pré et j’ai retrouvé mes pénates. Cette dernière excursion en Essonne fut riche en émotions ressenties, axée essentiellement vers une sensibilisation à cette maladie des enfants et des personnes rencontrés, la récolte de fonds est passée au second plan bien que très présente. Épaulés par Bernard et Johnny Pépin-de-Pomme, par Mario le mulet magicien marcheur, mais aussi par pirouette cacahuète,et ceux du fil rouge de cette opération. Nous sommes maintenant au repos temporaire pour reprendre demain avec force et vigueur le combat contre les tumeurs cancéreuses. La fatigue me gagne, mais mon cœur est content.

 

Sur le chemin du retour vers la Touraine, petit crochet sur Vierzon. « t'as voulu voir Vierzon... »Un arrêt chez nos amis Véro et Jean-Luc pour une mythique soirée en compagnie de Thierry et Mary-line, laquelle a souhaité dédier ces quelques vers à Mario. "Je t’en remercie Marie, de la part de Mario.Avec de telles paroles je "briolerai" sans vergogne derrière le mulet pour lui donner de l'entrain!"

 

                                                              Mario, Mulet, Magicien, Marcheur

Mario le mulet ne marche pas en vain. 

Il sillonne routes et chemins

pour que les enfants souffrants

retrouvent leurs corps vaillants.

 

  Mario, le mulet est un sage

 il traverse villes et villages

 pour semer de la joie

et donner de l'espoir.

 

Mario le mulet est un courageux

il marche entre terre et cieux

pour expliquer aux curieux                                                                                                                                        

que des enfants ont besoin d’eux

 

Mario le mulet se fait médecin

 il gambade sans fin

 pour expliquer aux badauds

 que la recherche est un cadeau.

                                                                                                                               

Mario le mulet est votre serviteur

il assume chaque jour son labeur.

Pour soigner le mal des enfants  

il a besoin d’un peu d’argent.

 

Mario le mulet est un magicien

il n'a pas marché en vain

 pour que chaque friandise engloutie

devienne un pas contre ces maladies .

                                                                                                                              

Mario le mulet est un vagabond 

chaque jour il trace son sillon  

et d’autres enfants plus loin 

l’attendent avec entrain…

 

un mulet chez les enfants
Mario parle aux enfants

 

                  Et pour finir,  Mario a les honneurs du magazine "Les cahiers de l'âne"  N° 98 de juin/juillet 2019.

Jean en mai 2019, avant d’aller dormir sous les étoiles.

 

correction par Martine F

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne 05/06/2019 16:44

Un peu difficile parfois , beaucoup d’emotions souvent.Encore une belle étape et bravo pour les vers dédiés à ce bon mulet Mario
A bientôt en Picardie

randomulet 05/06/2019 21:28

Sacré Mario s'il n'est pas poète ,d'autres s'en charge .Merci donc à Marie pour ces quelques vers.
Et merci de ton soutien
Jean

BYP BYP 31/05/2019 22:25

Une quatrième marche difficile , malgré le peu de km ,
mais toujours beaucoup d'amitié et d'émotion.....
Et vivement Oléron
BYP

randomulet 01/06/2019 17:11

c'est bien dit
Vivement Oléron

BYPBYP 31/05/2019 22:22

Cette quatrième en Hurepoix : sans doute la marche la plus courte , mais une des plus difficiles, mais avec toujours beaucoup d'amitié et d'émotion .....
ET Vivement Oléron !!!!
BYP BYP

randomulet 01/06/2019 17:14

ouaih byp byp .Il ne reste que les bons souvenirs dans le genre: est-ce qu'il voit encore ses parents?