Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par randomulet

une partie de la troupe
une partie de la troupe

129 km. Pas 130. C'est la distance que nous avons parcouru tout au long de ces routes et chemins en compagnie de Mario, le fidèle mulet, du samedi 2 au jeudi 7 avril.

Concocté par Jean bien sûr, cette aventure muletière a réuni Christine, Anne, Guillaume, et Hélène.

le fléchage du chemin
le fléchage du chemin

Elle se devait de rendre hommage aux terres foulées par les maîtres sonneurs ; son ambition n'a pas été déçue. Nous non plus.

la maison de george Sand à Nohant
la maison de george Sand à Nohant

Samedi 2 avril. Le train venant de Paris dépose Guillaume et Hélène à Châteauroux. La future équipe se forme à Nohant, préambule à notre périple avec la visite du domaine de George Sand.

Une conférencière passionnante nous plonge dans l'univers littéraire et musical de celle qui a vécu en avance sur son temps. La majesté et la sérénité du lieu resteront en mémoire tout au long de notre chemin.

sous le soleil! exactement...
sous le soleil! exactement...

Arrivée chez Joscelyne et Jacques Deforges à Chezelles, pour notre première nuit, avant de prendre la route. Douceur de l'accueil, et paix du lieu nous mettent en condition pour le départ. Le premier bâttage se fait sous le soleil, mais il est un peu agité. Il faut en effet que Mario s'habitue au matériel, à la perspective de ce nouveau voyage, et les marcheurs à ce qui les attend !

grandeur et misère!Bretch est au comptoir.
grandeur et misère!Bretch est au comptoir.

La première étape nous amène à Sidiailles, petit village préfigurateur de ce que nous verrons beaucoup ensuite : figé dans le souvenir de ce que fut l'activité des cours d'école et des activités agricoles….mais dans le silence aujourd'hui d'une vie où la nature a repris ses droits….

Les marches avec Jean sont ponctuées traditionnellement de rencontres….ce matin une imposante dame nous aborde...elle dit nous avoir suivi..et veut nous montrer le chemin du lac...nous marchons avec elle un peu. Mais ne marche pas qui veut avec Mario !!..il faut avoir l'autorisation du chef muletier...ce parcours escarpé avec vue sur le lac sera le plus ardu du parcours. Quelle lumière !

le lac de Sidiailles

le lac de Sidiailles

la semelle craque
la semelle craque

Je crois que c'est par ici que les chaussures d'Hélène (presque des sabots) montrent faiblesse. Enfin surtout une ...la droite, la semelle…. !!

C'est là aussi que prennent forme les prémisses d'un débat fondateur sur la différence entre mare, lac et étang….mais de tout ceci vous entendrez encore parler ensuite…. !

Premier pique-nique et premiers assoupissements au soleil..mais il est déjà temps de repartir..et ce soir c'est le gîte communal de Préveranges qui nous accueille, après avoir fait une halte dans son cimetière gardé par sa grande porte en bois céladon. Nous avons réservé dans un restaurant qui n'en est plus un...chez Jean Jacques et sa femme. Difficile de décrire cette ambiance hors du temps...le repas nous convient, il sera arrosé d'un medley d'accordéon dont le tenancier des lieux a le secret…

gros plan sur une chaussure "ficellée" avec des bouts de chambres à air!
gros plan sur une chaussure "ficellée" avec des bouts de chambres à air!

gros plan sur une chaussure "ficellée" avec des bouts de chambres à air!

Le lendemain matin, nous repartons d'un bon pied après avoir fait quelques emplettes à l'alimentation générale….nous croisons une dame dynamique qui nous guide un peu...elle porte un sac « Tex »...Jean lui demande si elle s'appelle Mme Tex ? ….il faut avoir quelque expérience pour saisir l'humour de Jean...Mme Tex n'a pas encore cette expérience (!).

Le chemin est beau, vallonné, lumineux. Notre pique-nique sera confortable, sur une vraie table en bois…nous sillonnons ensuite de longues heures...parfois ensembles, parfois seuls, parfois en parlant, parfois en silence...c'est cela le bonheur de la marche et du chemin..

Les derniers km nous offrent un paysage étonnant, très vert, avec des petits ruisseaux en contre bas qui dessinent des coudes dans l'herbe...on se croirait volontiers en Irlande...en Ecosse...et justement, nous arrivons au Moulin de Barre. Non pas des Ecossais ni des Irlandais nous y attendent...mais des Anglais quand même… !! Doreen et Jeff sont là. On ne sait exactement ce qui les a amené dans ce coin si reculé...Notre repos est mérité...le dîner servi délicat et divin...nos hôtes discrets et délicats...un moment de félicité…

Le lendemain matin le petit déjeuner est un délice. Hélène récupère sa chaussure dans le four, après que Jean et Guillaume aient apporté le soin nécessaire aux travaux de collage de la semelle…..las !! le début du chemin est tellement humide que la semelle ne résistera pas. Il faut alors se résigner à les quitter (les chaussures) et heureusement Anne vient en secours...merci Anne de ce dépannage providentiel…. !! Ne sommes-nous pas dans l'année de la Miséricorde, comme Christine nous l'a rappelé… !

c'est quand même pas mal le Berry!c'est quand même pas mal le Berry!
c'est quand même pas mal le Berry!c'est quand même pas mal le Berry!

c'est quand même pas mal le Berry!

Charmant petit ruisseau Berrichon.
Charmant petit ruisseau Berrichon.
Charmant petit ruisseau Berrichon.
Charmant petit ruisseau Berrichon.
Charmant petit ruisseau Berrichon.

Charmant petit ruisseau Berrichon.

Doreen;c'est justement la dame blonde.
Doreen;c'est justement la dame blonde.

Doreen nous accompagne sur le chemin avec ses chiens. Sa simplicité, sa gentillesse, et la délicatesse de son accent nous touchent. C'est si simple. Mais rare.

La belle halle se Ste Sévère.
La belle halle se Ste Sévère.

Nous voici en route pour Sainte Sévère. Petite bourgade célèbre pour sa tour Du Guesclin, et le musée Jacques Tati. Nous rajouterons la halle en bois et pierre, la dame-cafetière venant de Paris, et le charme de cette bourgade qui a fait l'unanimité des marcheurs ,je crois.

Pique-Nique gargantuesque, sieste sur les murets de la halle au soleil, petit café dans un vrai café….cette halte merveilleuse nous donne toute la force nécessaire pour réaliser les derniers kilomètres jusqu'à la Motte-Feuilly.

Le chateau (privé) de La Motte Feuilly

Le chateau (privé) de La Motte Feuilly

Nous avons donc rencontré un gars d'âge mur qui passe ses vacances à taper sur des souches avec son merlin et des coins:comme c'est bizarre!!!

Nous avons donc rencontré un gars d'âge mur qui passe ses vacances à taper sur des souches avec son merlin et des coins:comme c'est bizarre!!!

entre Bourbonnais et Grands noirs.
entre Bourbonnais et Grands noirs.

Rencontre de Jean avec le Président des Bourbonnais, pour donner des adresses...et rencontre ensuite avec un berrichon qui coupe son bois avec un biais…..moment suspendu dans l'instant de la rencontre...ensuite on se salue et on continue son chemin...

Ce soir nous logerons au gîte communal, et c'est Guillaume qui cuisine. Le débâttage de Mario se fait sous le soleil. Il faut enlever les bagages. Etriller. Puis brosser. Curer les pieds. Nettoyer les cuirs. Sans oublier de dresser la clôture électrifiée pour que Mario ne se fasse pas la belle. Il faut compter une heure.

Nous échangerons avec des jeunes logés là car en formation, en recherche d'emploi. Tandis qu'un s'est emparé de mon journal, l'autre m'explique qu'il bénéficie d'un colis du secours populaire et que « c'est bien pratique ». Nous mesurons notre chance. Notre vie de nomade et de marcheur en marge de nos vies rangées et confortables... face à la réalité de leurs vies.

Guillaume nous a régalés. La soirée était très belle.

Les mêmes au garde à vous devant l'olibrius.

Les mêmes au garde à vous devant l'olibrius.

Des histoires ,mais aussi des rêves!
Des histoires ,mais aussi des rêves!

Pour notre dernière étape, la Motte Feuilly-Chateaumeillant, Jean s'est mis en tête que la princesse aux pieds nus (Hélène et ses problèmes de chaussures) serait bientôt délivrée par les Mousquetaires (parce qu'il y a un Intermarché à Chateaumeillant)...mais c'était sans compter sur l'opiniâtreté d'Hélène en toutes circonstances et surtout celles-là….il n'est pas aisé de se débarrasser de chaussures qui auraient autant d'histoires à raconter…

Le vent du nord nous agresse un peu ce matin. Heureusement nous faisons une halte devant le château et dans la petite chapelle abandonnée qui garde précieusement son gisant..sur nos pas, les chevaux présents devant l'église nous accompagne d'une sorte de parade en notre honneur, c'est très beau et émouvant.

Dedans,dehors :tout est quiétude!
Dedans,dehors :tout est quiétude!

Dedans,dehors :tout est quiétude!

La sieste :souvent .Sauf sous la pluie!

La sieste :souvent .Sauf sous la pluie!

Face aux ceps:Méditation!
Face aux ceps:Méditation!

Un café réparateur nous attendait au café de Champillet. Un café comme on n'en fait plus. Qui fait aussi graineterie, superette, peut être restaurant même ?

Il faut nous arrêter dans un endroit pour déjeuner au soleil, c'est un impératif !

Nous nous installons finalement entre deux talus. Le soleil est bien présent, bien qu'intermittent. La sieste sera belle après le jambonneau/ cornichons….

Bientôt les vignes de Châteaumeillant apparaissent, son étendue plate avec elle. Connu pour son « gris », le rouge n'est pas mal non plus, nous l'avons goûté !

En solitaire .Romantiquement votre!
En solitaire .Romantiquement votre!

Il est surprenant de voir comment chaque jour a réuni des paysages si divers, dans un rayon de kilomètres pourtant restreint…..ce sont les charmes et les secrets du bocage berrichon !

Entre les vignes et notre dernier gîte communal, nous rencontrons une dame seule, autour de 70 ans peut être, affairée avec un instrument qui ressemble à une binette. Elle nous dit aller à la recherche du vers..;rouge précise-t-elle... » C’est pour aller à la pêche. J’adore ça ! Elle semble tout à son affaire, et bien décidée à remplir sa mission...une rencontre inédite et unique...comme nous n'en rencontrons que sur le chemin !

"Ici ,on loge à pied et à cheval"et nous ,avec Guillaume ,nous goûtions à la Goutte noire!
"Ici ,on loge à pied et à cheval"et nous ,avec Guillaume ,nous goûtions à la Goutte noire!

Arrivée au pôle culturel de Châteaumeillant, vue sur le lac...il y a moins d'entrain peut être, nous savons que c'est le dernier soir….heureusement Guillaume (encore lui), nous invite au restaurant...THE restaurant de la ville, tant il n'y a que lui presque de vaillant dans cette ville endormie par les « bails à céder », les « à vendre », les « local à louer »…

Le dîner est royal...le champagne rosé divin….merci Guillaume de cette simple gentillesse qui réjouit nos cœurs !

« Lac : nappe d'eau stagnante plus ou moins profonde et plus moins étendue, entourée de terres de tous côtés ». Etang : étendue d'eau stagnante naturelle ou artificielle, généralement de dimension et de profondeur plus faible qu'un lac…vous comprendrez aisément qu'avec des définitions pareilles, une bonne maîtrise de la topographie lacustre berrichonne a représenté un vrai défi et généré de longs débats…. !!

Lac ou étang? oui ,vous avez bien répondu:c'est très bien.

Lac ou étang? oui ,vous avez bien répondu:c'est très bien.

Aprivoiser sa peur face à l'uluberlu.Presque de la connivence.
Aprivoiser sa peur face à l'uluberlu.Presque de la connivence.

Dernier jour, derniers kilomètres, derniers échanges...personne n'en a vraiment envie...Hélène finalement conduira le fidèle Mario dans les derniers mètres...entre soleil et pluie...comme si le ciel nous intimait l'ordre de nous ranger à la résolution de la fin du voyage….

...pour pouvoir enfin le mener...
...pour pouvoir enfin le mener...

...pour pouvoir enfin le mener...

Demain viendront les feuilles...
Demain viendront les feuilles...

Comme l'une d'entre nous l'a dit, la nature aura su rester souveraine sur ces terres, foulées il y a quelques siècles par les maîtres sonneurs, glorifiées par George Sand dans ses romans. Cette nature qui a fait éclore les feuilles aux arbres durant le temps de notre voyage, offrant les premières promesses du vrai printemps, pour une saison renouvelée, à l'ombre de nos souvenirs encore vivaces d'une aventure humaine et spirituelle qui aura marqué chacun d'entre nous au cœur.

Hélène en Avril 2016

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anne 17/04/2016 07:27

Superbement raconté ,tu nous donnes envie de recommencer.Tu nous fais revivre ces moments de beauté aussi bien pour notre amitié que pour le paysage.Merci Hélène.

BYP BYP 16/04/2016 23:05

Merci , Hélène : de très belles lignes , qui nous permettent de vivre ces jours de marche , dans la quiétude printanière berrichonne , comme si nous y étions!!!!! BYP BYP

Buffe françoise 16/04/2016 10:23

bravo et merci Comme toujours c'est passionnant